Vendée : Inquiétude autour du site Michelin de La Roche-sur-Yon

ECONOMIE Pour son manque de rentabilité, le site yonnais est en difficultés. Les réactions politiques de soutien se succèdent

David Phelippeau

— 

Le site Michelin à La Roche-sur-Yon.
Le site Michelin à La Roche-sur-Yon. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

La révélation du journal Le Monde lundi a fait grand bruit. Selon le quotidien, quatre sites Michelin sont « sur la sellette » en raison d’une nette dégradation de la compétitivité, ceux de La Roche-sur-Yon, Cataroux de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Cholet (Maine-et-Loire) et Avallon (Yonne).

L’information a vite été démentie par la direction. Cette dernière a consenti « des inquiétudes sur la partie poids lourd » du site de La Roche-sur-Yon, mais a précisé que « les usines de Cholet, Clermont-Cataroux et Avallon, qui tournent à pleine charge », n’étaient pas « sur la sellette ».

A La Roche-sur-Yon, le site, qui emploie actuellement 630 salariés, manque de rentabilité face à la concurrence chinoise, italienne, espagnole ou encore allemande. La direction ne dément pas ces difficultés.

La présidente de la Région a demandé une rencontre avec le patron de Michelin

Les réactions de soutien des politiques n’ont pas tardé. Christelle Morançais, présidente de la région Pays de la Loire, explique dans un communiqué que la collectivité entend se mobiliser pour préserver les sites ligériens (Cholet emploie 1.450 personnes et La Roche-sur-Yon, 630 personnes), « le maintien des emplois qui en dépendent » et « défendre leur savoir-faire industriel ».

Elle précise : « Si je ne méconnais pas le poids que fait peser la concurrence asiatique sur le marché du pneumatique, ni les impératifs de compétitivité de l’entreprise, il m’apparaît cependant essentiel que le groupe Michelin puisse nous éclairer très rapidement sur la stratégie qu’il entend mener et les initiatives qu’il entend prendre pour préserver la pérennité des usines de Cholet et de La Roche-sur-Yon. » La présidente de la région a demandé à rencontrer le président du Groupe Michelin, Florent Menegaux.

Luc Bouard, le maire de La Roche-sur-Yon, a lui aussi réagi. « J’ai reçu ce matin les dirigeants de Michelin La Roche-sur-Yon. La priorité doit être donnée à la pérennité de ce site emblématique de notre ville, mais surtout à l’ensemble de ses salariés. Les élus et les services de l’agglo sont totalement mobilisés. »

Michelin vise 1,2 milliard d'euros d'économies sur la période 2017-2020