Les impôts des ménages vont baisser de 9,3 milliards d’euros en 2020

FISCALITE Les 5 milliards d’euros de baisse de l’impôt sur le revenu pour les ménages les plus modestes, décidée à l’issue du Grand Débat, y sont pour beaucoup

Manon Aublanc

— 

Gerald Darmanin, ministre des Comptes et de l'Action publique, le 28 janvier 2019.
Gerald Darmanin, ministre des Comptes et de l'Action publique, le 28 janvier 2019. — Jacques Witt/SIPA

Une bonne nouvelle pour le portefeuille des Français. Près de 9,3 milliards d’euros de baisses d’impôts pour les ménages sont prévus dans le projet de loi de finances 2020 (PLF), présenté en Conseil des ministres le 27 septembre, révèlent Les Echos, ce lundi. Une nouvelle réduction qui porte à 20,6 milliards d’euros la baisse des prélèvements obligatoires depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron.

« Les mesures fiscales que nous prenons sont historiques et sans équivalent depuis vingt ans », a déclaré le ministère des Comptes publics de Gérald Darmanin selon le quotidien d’information économique.

Baisse d’impôts et suppression de la taxe d’habitation

Cette baisse s’explique par plusieurs mesures. En premier lieu, les 5 milliards d’euros de baisse de l’impôt sur le revenu pour les ménages les plus modestes, décidée à l’issue du Grand Débat, qui doit s’appliquer le 1er janvier 2020.

Ensuite, la dernière étape de la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des Français va représenter, en 2020, 3,7 milliards d’euros. Enfin, la défiscalisation des heures supplémentaires devrait réduire la facture fiscale de 800 millions d’euros l’an prochain.

La réduction du déficit public revu à la hausse

En revanche, plusieurs taxes devraient, elles, augmenter. La hausse sur la fiscalité du tabac devrait rapporter près de 500 millions d’euros à l’Etat. De plus, les mesures de restriction du CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique) devraient engranger 100 millions de recettes supplémentaires.

En 2018, les baisses d’impôts promises par le gouvernement pour répondre à la crise des gilets jaunes n’avaient atteint qu’1,1 milliard d’euros, obligeant l’Etat à multiplier les coups de pouce fiscaux. Ces différentes baisses ont entraîné Bercy, vendredi, à revoir à la hausse la réduction du déficit public​ (2,2 % du PIB en 2020).