Salon de Francfort 2019: le retour d’une légende !

AUTO Au Salon de Francfort, Land Rover a présenté la seconde génération de son Defender. Un véritable événement puisque la précédente avait été lancée en… 1948 ! Le nouveau modèle a donc la lourde tâche de succéder à celui qui, au fil de sa très longue carrière, est devenu une véritable légende de l’automobile.

— 

Lancé 71 ans après son aïeul qui a donné naissance à la marque Land Rover, le Defender a bien évolué, sans toutefois renier ses racines de « gros dur ». Lancer le diaporama
Lancé 71 ans après son aïeul qui a donné naissance à la marque Land Rover, le Defender a bien évolué, sans toutefois renier ses racines de « gros dur ». — © Land Rover

Dire que le Defender est un modèle emblématique de Land Rover est un euphémisme. C’est en fait par lui qu’est née la marque en elle-même, lorsque le constructeur Rover voulut lancer un modèle capable de concurrencer la Jeep Willys dans les rangs de l’armée comme pour les travaux des champs au lendemain de la guerre. C’est ainsi que le Land Rover fut présenté au Salon d’Amsterdam le 30 avril 1948. Personne n’imaginait alors le succès que rencontrerait le modèle, et certainement pas que sa carrière ne prendrait fin que 67 ans plus tard, en mai 2015 ! 

Un peu moins rustique…

Il aura donc fallu patienter quatre longues années pour découvrir la descendance du Defender. Evidemment, puisque 71 ans séparent les lancements des deux générations, le nouveau modèle n’a absolument plus rien en commun avec son aïeul, si ce n’est une certaine filiation esthétique. Les designers ont en effet tenu à conserver l’allure générale du vénérable modèle, sans pour autant tomber dans un copier-coller comme l’a fait Mercedes au moment de renouveler son Classe G. Derrière son allure carrée et sa roue de secours façon sac à dos sur la portière arrière, le Defender se veut donc résolument moderne et, surtout, bien plus confortable que son ancêtre. Il n’y a qu’à jeter un œil à bord pour s’en convaincre. Si l’on attendra de découvrir l’habitacle des versions les plus rustiques, les finitions les plus huppées peuvent se targuer d’une climatisation automatique bizone ou encore d’un système multimédia connecté. 

Deux carrosseries (3 et 5 portes) sont toujours proposées. La seconde se distingue par son coffre particulièrement généreux (1.075 litres) et la possibilité d’opter pour 7 sièges.

Nouveau design
Nouveau design - © Land Rover

Mais toujours baroudeur !

Sous le plancher en revanche, le Defender renonce à ses solutions mécaniques à l’ancienne et opte pour des systèmes électroniques bien plus modernes. Comme les autres Land Rover, il reçoit le dispositif Terrain Response qui permet d’adapter automatiquement le comportement de l’auto à la nature du terrain rencontré via une simple molette. Et une suspension pneumatique peut être commandée en option. N’allez toutefois pas croire que le « Def’ » s’est ramolli. Ses capacités restent impressionnantes : traversées de gués jusqu’à 90 cm, charge utile de 900 kilos, charge sur le toit de 300 kilos et masse maximale tractable de 3.720 kg (revue à 3.500 kg pour respecter la législation européenne). 

Lancé 71 ans après son aïeul qui a donné naissance à la marque Land Rover, le Defender a bien évolué, sans toutefois renier ses racines de « gros dur ».
Lancé 71 ans après son aïeul qui a donné naissance à la marque Land Rover, le Defender a bien évolué, sans toutefois renier ses racines de « gros dur ». - © Land Rover

 

Hybride

L’offre de motorisation confirme la montée en gamme du Defender. Aux 200 et 240 chevaux des moteurs diesels s’ajoutent désormais des motorisations essence de 300 et même 400 chevaux ! La plus puissante d’entre-elles ajoute un module hybride au bloc six-cylindres. Il s’agit d’une hybridation légère 48V, apportant un « coup de boost » lors des accélérations et permettant de réduire légèrement la consommation. Malheureusement toutefois, aucune des motorisations n’échappe au malus maximal de 10.500€, qui viennent donc s’ajouter aux 55.900€ réclamés à minima pour ce nouveau modèle. En matière de tarif aussi, le Defender a donc bien évolué.

Retrouvrez notre dossier spécial "Salon de Francfort 2019"