Strasbourg : Hop’lunch, la start-up qui livre des repas chauds dans les entreprises

ECONOMIE Une start'up de Strasbourg livre le midi dans les entreprises des repas chauds. Sa cible :  les employés en mal de bons petits qui n'ont pas envie de se bouger

Angélique Férat

— 

Hop'lunch a séduit 1200 clients en une année
Hop'lunch a séduit 1200 clients en une année — Angélique Férat
  • Hop’lunch est une start-up strasbourgeoise, elle livre des repas dans les entreprises à Strasbourg. Vous commandez en quelques clics sur Internet.
  • La société  cible les zones économiques sans restaurants ou les petites PME sans service restauration.
  • Hop’lunch est en pleine expansion. En octobre, elle desservira trois nouveaux parcs d’entreprises autour de Strasbourg.

La société Hop'lunch est née à Strasbourg il y a un peu moins d’une année. Sa cible clientèle, les employés fatigués des sandwichs jambon, des salades césar et des bagels tout secs. Hop'lunch démarche dans les parcs d'entreprises sans restaurants ou les petites sociétés qui n’ont pas de cafétéria. Par exemple, elle a commencé par livrer dans l'espace européen de l'entreprise à Schiltigheim au nord de Strasbourg. Ajoutez au concept une saveur alsacienne avec le préfixe Hop'… Une référence au fameux Hop’la alsacien et la start-up est née.

Après plusieurs années en tant que responsable financier au Luxembourg, Phalsbourg et un an à Tahiti, Matthieu Diebold est revenu à Strasbourg. Il a mis toutes ses économies dans son projet. Un prêt garanti par Alsace Active (association d’accompagnement et de financement de projets) a fait le reste.

Tout se passe sur Internet

Bien sûr, si le besoin de service existe, encore faut-il séduire et pour cela notre jeune entrepreneur a misé sur la simplicité et le goût. Pour le client, il n’y a pas d’abonnement ou d’engagement. Sébastien Losser, un client régulier, travaille dans une société de courtage en assurances qui n’a pas de restaurant. « J’ai une contrainte de temps le midi, donc pour moi c’est pratique de se faire livrer au bureau. »

Le matin, les plats et les desserts vous sont proposés par e-mail et vous devez commander avant 10 heures par Internet. Les clients peuvent payer en tickets restaurant ou carte bancaire directement sur le site. Marion Gentil, une autre cliente apprécie la variété. « Il y a une dizaine de plats différents et je peux manger tranquillement durant ma pause d’une heure. » Sébastien Losser a commandé ce jeudi un bœuf Thaï, et « moi, je suis gourmand alors il faut que ce soit bon. Chaque jour, je peux changer de style. Végétarien, italien, alsacien. »

Une histoire de goût

Si le projet ressemble à sa grande sœur Deliveroo, le créateur de la start-up alsacienne, Matthieu Diebold tient à souligner ses différences : « Nous ne livrons que les entreprises. Nous n’imposons pas de minimum de commande, nous ne faisons pas payer la livraison et nos prix sont les mêmes que ceux pratiqués à la table des restaurants. Rien à voir. » Pour le porte-monnaie du client, le prix est donc abordable.

Le modèle économique est donc serré. Hop’lunch fait sa marge uniquement avec les restaurateurs. La société achète moins cher parce qu’elle commande en quantité. « Pour l’instant, nous ne sommes donc pas rentables, c’est une question de volume » admet Matthieu Diebold.

Le positionnement Hop’lunch semble séduire de plus en plus d’entreprises locales. Hoplunch va bientôt proposer ses services dans le parc d’activité d’Eckbolsheim, le parc des Forges de Hautepierre et une zone commerciale à Souffelweyersheim.