Vivarte-La Halle : Des primes reçues par les directeurs choquent les syndicats

PRIMES Près d’un million d’euros de primes exceptionnelles a été versé

J.-L. D.

— 

L'enseigne La Halle, qui appartient au groupe Vivarte. Photo d'illustration.
L'enseigne La Halle, qui appartient au groupe Vivarte. Photo d'illustration. — DR

Alors que Vivarte-La Halle, ex-géant du textile, croule sous les dettes, Le Parisien révèle que de nombreux cadres de la filiale ont touché des primes exceptionnelles. Au total, près d’un million d’euros leur a été versé entre 2017 et 2018, contre 35.547 en 2016.

Trente et une personnes (directeurs financiers, juridiques, DRH…) se sont partagé une enveloppe de 523.826 euros en 2017, dont 150.000 euros donnés en prime à un seul membre du groupe. Rebelote en 2018 avec 425.879 euros de prime divisés entre 14 personnes.

Toujours plus de prime

« Cette prime exceptionnelle correspond à un choix défensif de l’entreprise pour protéger certaines compétences indispensables et éviter qu’elles soient débauchées par des concurrents », avait répliqué en mars Xavier Guéry, le directeur des ressources humaines, devant le scandale suscité par de tels chiffres.

D’autant plus que ces primes exceptionnelles se cumulent à des primes d’objectifs d’un montant de près de deux millions d’euros en 2017-2018, de quoi susciter là aussi l’indignation.

Colère syndicale

« Dans le lot, une personne a touché 122.655 euros en 2017 (contre 9.000 euros en moyenne), et 93.852 euros pour 2018 (contre 10.305 euros). C’est peut-être la même personne. Ça nous a fait bondir, on se pose de sérieuses questions sur son salaire… » s’indignent plusieurs syndicalistes dans Le Parisien.

Une affaire qui suscite d’autant plus le scandale que le groupe ne pourra pas rembourser la dette contractée de 306 millions d’euros arrivant en échéance en octobre.