Rennes : Avec Agent Paper, les chutes de papier finissent en têtes d’animaux

DÉCORATION L’enseigne de décoration poursuit son implantation en France et rêve déjà de l’international

Jérôme Gicquel

— 

Les têtes d'animaux en papier d'Agent Paper ont trouvé leur clientèle.
Les têtes d'animaux en papier d'Agent Paper ont trouvé leur clientèle. — Agent Paper
  • Pour éviter le gaspillage, une imprimerie rennaise utilise ses chutes de papier pour fabriquer des objets de déco.
  • Vendus sous la marque Agent Paper, ses trophées muraux représentant des têtes d’animaux ont vite séduit la clientèle.
  • L’enseigne prévoit dans les prochains mois l’ouverture d’autres points de vente en France et envisage de se développer à l’international.

De la déco responsable à monter soi-même. Voilà le concept, très tendance, dans lequel s’est engouffré l’enseigne Agent Paper depuis 2015. L’aventure a démarré dans les locaux de l’imprimerie Micro Lynx, basée dans une zone industrielle au sud-est de Rennes. « Notre activité génère du gaspillage de papier avec beaucoup de chutes qui ne peuvent être réutilisées, souligne son fondateur, Olivier Vénien. Donc, plutôt que de jeter bêtement ces tonnes de papier, on s’est demandé comment on pouvait les réexploiter ».

L’idée émerge alors de transformer ce papier récupéré en objets de décoration et de papeterie. D’abord vendus dans une boutique éphémère rue Duhamel, à Rennes, les trophées représentant des têtes d’animaux en 3D rencontrent vite du succès, notamment le panda et le raton laveur, devenu l’emblème de la société. Idem à Nantes dans la boutique installée courant 2016 passage Pommeraye et qui a depuis déménagé rue de la Marne. « On s’est rendu compte qu’il y avait une clientèle, notamment étrangère, pour nos objets décalés », indique Olivier Vénien.

Cap sur l’Allemagne et l’Angleterre

Depuis, Agent Paper a grandi à son rythme avec désormais cinq boutiques, dont trois en franchise (Saint-Grégoire, Caen et Montpellier). Fin septembre, c’est à Bordeaux que l’enseigne débarquera, rue Sainte-Catherine, avant l’ouverture d’un pop-up store cet automne à Paris. « On a également un réseau de 150 revendeurs en France et nous sommes présents dans de grandes enseignes comme Truffaut ou le BHV », précise le PDG de la société, qui devrait approcher le million d’euros de chiffre d’affaires à la fin de l’année.

Riche d’un catalogue de plusieurs centaines de références, dont 80 têtes d’animaux, ses best-sellers, Agent Paper envisage désormais de se lancer à l’international. « On a des discussions en Chine et aux Etats-Unis, mais cela reste deux marchés très compliqués, indique Olivier Vénien. On va donc essayer de se développer d’abord en Europe, comme en Allemagne ou en Angleterre ». Pour l’aider dans sa conquête de nouveaux marchés, Agent Paper pourra compter sur le soutien de la région Bretagne, qui vient de lui accorder une aide de 30.000 euros.