Internet : Les fausses bonnes affaires que peut proposer en ligne le « dropshipping »

ARGENT Grâce au e-commerce, on peut acheter à peu près tout ce qu’on veut à un prix bradé. Mais sans le savoir, vous pouvez également payer cinq à six fois plus cher un produit bas de gamme

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

De nombreux sites vous font miroiter des bonnes affaires en réalisant, en réalité, de grosses marges sur votre dos.
De nombreux sites vous font miroiter des bonnes affaires en réalisant, en réalité, de grosses marges sur votre dos. — IStock / City Presse

La Toile fourmille d’annonces publicitaires alléchantes proposant des produits, souvent de luxe, à prix cassés. Outre la diffusion sur les réseaux sociaux, des sites d' e-commerce passent également de plus en plus souvent par des influenceurs pour vanter leurs articles. Mais gare aux mauvaises surprises.

Un intermédiaire trop cher

Au-delà des escroqueries pullulant sur la Toile, il existe une pratique, cette fois légale, qui relève clairement de la mauvaise affaire : il s’agit du dropshipping. Des entrepreneurs utilisent ce procédé pour revendre beaucoup plus cher des produits provenant de Chine, qu’ils achètent une misère auprès de très importants grossistes tels que Aliexpress.com, Alibaba ou Wish.

La marge bénéficiaire de ces sites web est d’autant plus grande qu’ils ne gèrent ni les stocks ni la livraison. Ils se contentent tout bonnement de relayer la commande de l’internaute au fournisseur qui se chargera d’envoyer l’objet. En revanche, ce sont ces intermédiaires qui empochent le paiement. Et bien entendu, le consommateur n’y voit que du feu, puisque le nom du grossiste n’apparaît pas au moment de l’achat.
 

Comment éviter les pièges ?

Si le dropshipping est en principe légal, il flirte facilement avec la tromperie, notamment lorsque les publicités des revendeurs induisent en erreur les internautes sur la nature des produits. Car si vous avez cru faire une bonne affaire en vous offrant une montre à 15 euros au lieu de 70 euros, cette dernière est en réalité vendue à 1 euro sur Aliexpress, avec la piètre qualité qu’on peut attendre à ce prix-là.

Les protections, en cas de problème avec votre colis, sont également très aléatoires, et le délai légal de rétractation de quatorze jours pas toujours respecté. Pour couronner le tout, ces sites intermédiaires, créés en quelques clics sous le statut de micro-entrepreneur, peuvent fermer aussi vite qu’ils ont été ouverts, en laissant votre commande en plan.

Pour éviter de tomber dans le panneau, il est toujours judicieux de procéder à une comparaison lorsque vous avez trouvé un produit qui vous plaît. Copiez collez pour cela ses références dans votre moteur de recherche afin de voir sur quels autres sites il est vendu. Vous pouvez également vérifier la source de la photo en passant par une recherche inversée de l’image avec Google.