Prime d’activité: Le budget bondit à 8,8 milliards d’euros en 2019

FINANCES PUBLIQUES Allouée aux salariés, la prime a été augmentée au 1er janvier de 90 euros maximum par bénéficiaire

20 Minutes avec AFP

— 

La secrétaire d'Etat, Christelle Dubos, à l’Assemblée nationale le 11 juin 2019.
La secrétaire d'Etat, Christelle Dubos, à l’Assemblée nationale le 11 juin 2019. — Jacques Witt/SIPA

L’élargissement de la prime d’activité pour répondre à la colère des « gilets jaunes » se traduira par « un effort de 3 milliards d’euros pour l’Etat » a affirmé la secrétaire d’Etat Christelle Dubos dans un entretien au Figaro mis en ligne jeudi soir. Au total le budget consacré à cette mesure s’élèvera cette année à 8,8 milliards, contre 5,6 milliards en 2018.

Près de 4,1 millions de personnes en ont bénéficié au premier trimestre

Le montant de la prime d’activité, allouée aux salariés autour du Smic, a été augmenté au 1er janvier de 90 euros maximum. « Huit mois après, nous pouvons dire que cela a été un succès », se félicite Mme Dubos. « Quatre millions de foyers français touchent désormais la prime d’activité », ajoute-t-elle. Un peu plus, en réalité : 4,1 millions de foyers en ont bénéficié au premier trimestre, soit 52,5 % de plus que début 2018, selon la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf), qui précise que la dépense a augmenté dans la même proportion, atteignant 2,2 milliards d’euros de janvier à mars. En outre, la secrétaire d’Etat estime que cette mesure « fera baisser le taux de pauvreté de 0,5 point, et même de 0,9 point pour les familles monoparentales ».

La prime d’activité a néanmoins vocation à se fondre dans le futur revenu universel d’activité (RUA) promis par Emmanuel Macron, qui « donnera lieu à un projet de loi en 2020 et une mise en œuvre en 2022 ou 2023 ». Certaines associations redoutent cependant que ce projet, censé se substituer également à d’autres prestations sociales comme le RSA et les aides au logement, fasse « nécessairement des perdants ». « Notre volonté n’est pas de faire des économies, mais de simplifier les démarches, de mieux lutter contre la pauvreté et d’établir un système plus juste qui valorise le travail », a néanmoins tenté de rassurer Christelle Dubos.