Le taux de chômage dans la zone euro est resté stable à 7,2% en mai, inchangé pour le sixième mois consécutif, selon des données corrigées des variations saisonnières publiées mardi par l'office européen des statistiques Eurostat.
Le taux de chômage dans la zone euro est resté stable à 7,2% en mai, inchangé pour le sixième mois consécutif, selon des données corrigées des variations saisonnières publiées mardi par l'office européen des statistiques Eurostat. — Martin Oeser AFP/DDP/Archives

ECONOMIE

Crise financière: «Un événement jamais rencontré depuis la seconde guerre mondiale»

Malgré tout, la BCE garde son taux directeur à 4,25% et n'envisage pas de plan de sauvetage...

Le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, a estimé ce jeudi que la crise financière constituait «un événement jamais rencontré depuis la seconde guerre mondiale».

Malgré tout, la BCE a décidé jeudi de laisser son principal taux directeur inchangé à 4,25%, a annoncé un de ses porte-parole, conformément aux attentes.

>> Retrouvez notre dossier sur la crise financière en cliquant ici.

La BCE a discuté de l'option de baisser les taux directeurs, avant de décider de les laisser inchangés, a confirmé Jean-Claude Trichet lors d'une conférence de presse. La majorité des économistes mise sur une réduction des taux directeurs au cours du premier trimestre 2009 seulement. Mais la probablité d'un geste dès cette année gagne en force face à la dégradation rapide de la conjoncture.

Les gardiens de l'euro ont longuement débattu de l'intensification récente des turbulences financières et de son impact éventuel sur l'économie de la zone euro, a expliqué le président de la BCE. Les remous actuels créent «un niveau d'incertitude extraordinairement élevé», a-t-il souligné.

Pas de plan de sauvetage européen

 Sur le front de l'inflation, il a quelque peu adouci son message, estimant que les risques inflationnistes avaient «diminué», mais «pas disparu».

Toutefois, un plan similaire à celui décidé par le gouvernement américain «ne correspond pas à la structure politique de l'Europe», a déclaré le Français, soulignant notamment que l'Union européenne n'avait pas de «budget fédéral». Nicolas Sarkozy a de son côté catégoriquement démenti ce jeudi que la France ait proposé l'idée d'un fonds commun européen de 300 milliards d'euros pour le sauvetage des banques européennes.

>> A lire: notre article «Crise financière : faut-il tout dire?»