Revêtement du sol, douche, toilettes… Gare aux sinistres dans son logement

FUITES Infiltrations, fissures, défauts de solidité, les habitations peuvent être victimes de différents sinistres non seulement dangereux, mais aussi très coûteux

JP pour 20 Minutes

— 

Les défauts d'étanchéité des douches à l'italienne sont à l'origine de bon nombre de sinistres dans les logements.
Les défauts d'étanchéité des douches à l'italienne sont à l'origine de bon nombre de sinistres dans les logements. — IStock / City Presse

La hantise de tout propriétaire est d’être victime d’un sinistre dans son logement. Entre le coût des réparations et le délai d’intervention et de prise en charge par l’assurance, le moindre pépin peut vite se transformer en catastrophe. Or, la façon même d’aménager son intérieur peut encore compliquer la donne.

C’est ce qui ressort du rapport 2019 de l’observatoire mis en place par l'Agence qualité construction (AQC), une association regroupant les organisations professionnelles du secteur.

Le revêtement de sol en cause

Si les normes de construction sont de plus en plus drastiques, elles n’empêchent malheureusement pas les malfaçons. En tête de liste, les désordres liés aux revêtements de sol intérieur, et notamment à la généralisation du carrelage, augmentent fortement pour les maisons individuelles et les immeubles collectifs depuis 2008.

En cause, le plus souvent : « l’insuffisance de joints périphériques, avec des carreaux posés au contact de cloisons ou autour de poteaux ou de cadres de portes », détaille Catherine Labat, expert construction au cabinet Neoxa, dans le rapport. « De plus, on constate qu’il y a de moins en moins de joint de fractionnement, et cela quelle que soit la géométrie des pièces. Cette situation crée des mouvements différentiels complexes chape-carrelage, et donc des fissures. »

Difficulté supplémentaire : comme les pièces de la partie jour sont souvent décloisonnées pour gagner en espace, il faut alors prévoir une réfection complète d’autant plus onéreuse. Au podium de ce « Flop 10 », l’agence qualité construction note aussi la progression des désordres liés à la couverture. Cette fois, ce serait la mode des toits à faible pente, type bac acier, qui expliquerait le phénomène.

Gare à la douche à l’italienne

Autre phénomène en plein essor : les désordres en rapport avec les équipements sanitaires, qui représentent presque 6 % des sinistres survenus dans les immeubles entre 2016 et 2018, contre moins de 2 % entre 1997 et 2007. Or, dans le même temps, la spacieuse douche à l’italienne est devenue très tendance. L’Agence qualité construction y voit un possible rapport de causalité.

Dans le rapport de l’observatoire, Catherine Labat explique ainsi : « Cela pourrait être lié à la généralisation des douches à l’italienne, qui ont régulièrement des défauts d’étanchéité aux liaisons avec les murs. Et également aux WC suspendus, très à la mode mais qui nécessitent d’être fixés à des murs suffisamment résistants. Or, dans les immeubles neufs, ce sont souvent des cloisons en plaque de plâtre, si bien que l’équipement, s’il n’est pas adapté, a tendance à s’affaisser à l’usage. »