Grève chez Transavia France, 95% des vols maintenus

AVION Les hôtesses et stewards de la compagnie à bas coûts Transavia sont appelés à faire grève de vendredi à dimanche soir, dans le cadre d’un préavis de grève qui court jusqu’au 5 janvier 2020

20 Minutes avec AFP

— 

Un appareil de la compagnie Transavia à l'aéroport de Nantes.
Un appareil de la compagnie Transavia à l'aéroport de Nantes. — VJoncheray/aéroport Nantes-Atlantique
  • Un mouvement de grève affecte les vols de la ccompagnie à bas coûts Transavia, mais 95% d'entre eux sont maintenus
  • Au départ de Paris-Orly, un vol vers Marrakech et un autre vers Lisbonne sont annulés, quatre autres au départ de Lyon-Saint-Exupéry 
  • La CGT dénonce des « incidents à répétition et la sécurité des vols mise à mal »

Le mouvement de grève des hôtesses et stewards de Transavia France à l’appel de la CGT n’a ce vendredi qu’un impact limité sur le trafic : 95 % des vols sont maintenus, annonce la compagnie. « C’est conforme aux prévisions », a affirmé à l’AFP un porte-parole de la filiale low cost du groupe Air France-KLM.

Sur 66 vols prévus dans la journée au départ de Paris-Orly, deux étaient annulés, l’un vers Marrakech l’autre vers Lisbonne, selon le site internet du groupe ADP. Sur les autres bases françaises de la compagnie, les 14 vols au départ de Nantes étaient programmés, tandis que 4 des 9 vols au départ de Lyon-Saint-Exupéry étaient annulés, selon les sites des aéroports.

Grève de vendredi à dimanche soir

Pour la journée de samedi, la direction « prévoit d’assurer 97 % de son programme de vols », mais « des perturbations de dernière minute ne sont néanmoins pas à exclure ». Les hôtesses et stewards sont appelés à faire grève de vendredi à dimanche soir, dans le cadre d’un préavis de grève qui court jusqu’au 5 janvier 2020, la CGT, premier syndicat chez Transavia France, dénonçant « une gestion humaine et matérielle catastrophique » dans l’entreprise.

« Cela fait des mois qu’on lance des appels à la direction pour retrouver un dialogue social. Il n’y a rien de soudain dans cet appel à la grève », a affirmé à l’AFP Elodie Gomes, élue CGT.

Des « incidents à répétition »

Parmi ses revendications, le syndicat dénonce un recours trop important à l’affrètement d’avions (la location d’avions), source de coûts accrus et qui est dû selon lui à « l’incompétence » de la direction. La CGT dénonce également, dans une lettre ouverte à Ben Smith, directeur général du groupe Air France-KLM, des « incidents à répétition et la sécurité des vols mise à mal » sur un appareil qui a connu de multiples problèmes en juillet, notamment de pressurisation, malgré plusieurs immobilisations pour réparation.

« Nous n’avons jamais été conviés à une quelconque réunion concernant le futur développement de Transavia et cela doit changer immédiatement », réclame enfin le syndicat.

811.000 passagers en juillet

La compagnie devrait bientôt pouvoir se développer davantage en France après un référendum au sein du SNPL, premier syndicat de pilotes au sein d’Air France, qui s’est déclaré favorable à la remise en cause du plafonnement de la flotte de Transavia France à 40 avions.

Exploitant actuellement 38 Boeing 737, Transavia France a transporté 811.000 passagers en juillet, un chiffre en hausse de 11 % par rapport à juillet 2018.