Etudes supérieures: Un prêt garanti par l'État pour financer sa formation

ARGENT Pour des milliers d’étudiants, l’emprunt est un passage obligé afin de financer des études supérieures, mais à défaut d’un bon dossier, il peut être difficile d’obtenir les fonds escomptés

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

L'État facilite l'accès au crédit des jeunes pour financer leurs études supérieures.
L'État facilite l'accès au crédit des jeunes pour financer leurs études supérieures. — IStock / City Presse

La poursuite d'études supérieures peut coûter très cher. Faute de trésorerie familiale suffisante, il faut bien souvent recourir au crédit pour s’offrir le cursus de son choix. Or, même si les banques proposent des offres dédiées à ce public particulier, la fragilité d’un dossier a tôt fait de fermer les portes. À défaut de pouvoir montrer pattes blanches, les jeunes peuvent se tourner vers un prêt étudiant garanti par l’État.

Tout l’intérêt de ce crédit à la consommation spécifique, c’est qu’il permet d’obtenir un financement sans avoir besoin de fournir la caution d’un proche ou une preuve de revenus. À la place, c’est un fonds de garantie géré par la Banque publique d'investissement Bpifrance qui couvre 70 % du montant total du crédit (hors intérêts), tandis que la banque partenaire prend en charge les 30 % restants. Si l’étudiant ne rembourse pas ses échéances dans les temps, ce sera donc le fonds qui couvrira l’essentiel de la créance. Destiné au plus grand nombre, ce prêt garanti est accessible à toute personne, française ou de citoyenneté européenne, de moins de 28 ans, inscrite dans un établissement d’enseignement supérieur afin d’y préparer un diplôme.

Des conditions avantageuses

Ce crédit spécifique est proposé par cinq établissements bancaires partenaires : les Banques populaires, la Société générale, le Crédit Mutuel, le CIC et certaines Caisses d’épargne. Dans tous les cas, il est possible d’emprunter jusqu’à 15.000 euros sur un minimum de deux ans.

Mieux encore : l’étudiant peut attendre d’entrer dans la vie active pour rembourser. Cette offre prévoit en effet la possibilité d’un paiement différé, total ou partiel, au terme du cursus. Il est possible par exemple de s’acquitter des seuls intérêts du crédit pendant la formation et de régler le capital emprunté après votre diplôme ou bien tout payer après l’obtention de ce dernier. Le différé ne s’étend cependant pas au-delà de dix ans à compter de la date de souscription du prêt. Le coût total du crédit sera forcément moins élevé si vous remboursez les intérêts au cours de vos études.

Une sélection malgré tout

À première vue, ce dispositif est une véritable aubaine. Mais s’il permet d’obtenir un coup de pouce bienvenu, il ne faut toutefois pas être dupe. Les établissements partenaires ne s’engagent pas par pure bonté d’âme. Pour s’y retrouver financièrement, les banques sont libres de fixer le taux d'intérêt de l’emprunt. Et elles n’hésitent pas à se baser sur le type d’études poursuivies pour déterminer ce dernier. Il est donc judicieux de comparer plusieurs offres.

Quant aux dossiers bancals, ils peuvent aussi être refusés. Comme pour tout crédit, l’agence réalise en effet une analyse de risques. Or, si elle juge que l’étudiant ne sera pas capable d’acquitter de sa dette, elle est en droit de vous refuser les fonds et ce, malgré la caution de l’État. En l’absence de critère de ressources, il faut savoir que c’est la qualité du projet professionnel, mais aussi la notoriété de l’école choisie, qui seront passés à la loupe. Mieux vaut donc savoir précisément à quel métier on se destine. D’autant plus que les banques proposent un nombre limité de ces prêts étudiants, qui s’écoulent en général entre juin et octobre.