Conforama: Laurent Berger dénonce une gestion «désastreuse», alors que «les salariés trinquent»

EMPLOI La chaîne d’ameublement prévoit la suppression de 1.900 postes, sur 9.000 environ actuellement

20 Minutes avec AFP

— 

Un magasin Conforama à Antibes (Alpes-Maritimes).
Un magasin Conforama à Antibes (Alpes-Maritimes). — Frederic DIDES/SIPA

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a dénoncé ce mercredi la gestion « désastreuse » de la direction de Conforama, qui souffre d’une « absence d’anticipation », et le fait que ce sont « les salariés qui trinquent ».

« La façon dont ça se passe à Conforama, c’est proprement scandaleux. Il y a eu des choix d’entreprise qui ont été néfastes, mauvais », a déclaré Laurent Berger sur franceinfo. Conforama a annoncé la semaine dernière un plan de restructuration pour ses activités en France qui prévoit la suppression de 1.900 postes (sur 9.000 environ actuellement), la fermeture de 32 magasins de l’enseigne Conforama et celle de dix magasins Maison Dépôt.

Des salariés « un peu invisibles »

Pour accompagner les salariés qui vont perdre leur emploi, il n’y a « quasiment rien, le minimum de chez minimum », a critiqué Laurent Berger, qui devait aller soutenir mercredi les salariés de Conforama à Fleury-Mérogis (Essonne).

Soulignant que « la décision (de la direction) a été extrêmement brutale », Laurent Berger a relevé que des salariés « l’ont apprise en se rendant pour certains d’entre eux dans leur magasin, le matin, pour aller prendre leur travail ». Ces « salariés souvent un peu invisibles » vont « faire les frais d’une gestion d’entreprise, d’une absence d’anticipation qui a été désastreuse », a-t-il déploré.