Canicule: Les ventes de climatiseurs et de ventilateurs ont explosé

CONSOMMATION Le chiffre d’affaires des ventilateurs et des climatiseurs «a été multiplié par six» par rapport à 2018

20 Minutes avec AFP

— 

Un ventilateur (illustration).
Un ventilateur (illustration). — The Sleep Judge/Flickr

Une aubaine pour les fabricants. Les ventes de ventilateurs et de climatiseurs​ ont explosé, fin juin pendant la canicule record qui a frappé la France, avec un chiffre d’affaires en hausse de 533 % par rapport à la même période l’an dernier. Les diffuseurs de brume d’eau, eux aussi, ont le vent en poupe, avec une augmentation des ventes de 402 %, selon le cabinet spécialisé Nielsen.

Le chiffre d’affaires des ventilateurs et des climatiseurs, qui enregistrent la progression la plus spectaculaire, « a été multiplié par six » par rapport à 2018. Mais ce ne sont pas les seuls produits à avoir été dévalisés.

Le chiffre d’affaires des cosmétiques, des parfums et des vins en baisse

Les glaces ont logiquement été plébiscitées, mais Nielsen note dans un communiqué que « le bilan est très différent d’un département à l’autre » : si l’achat de glaces a grimpé dans les Vosges (+88 %), le territoire de Belfort (+70 %) ou le Haut-Rhin (+68 %), il n’a crû que de 8 % dans le Morbihan et a même reculé dans le Finistère (-3 %) ! La Bretagne a été « plutôt épargnée par la canicule », rappelle le cabinet. Les soupes et sauces fraîches, comme le gaspacho, ont par exemple progressé de 27 %, les concentrés d’agrumes de 26,8 %.

Il a également noté que certains rayons avaient connu des ruptures significatives, comme les glaces ou… la mozzarella, manquante en rayons dans 14 % des cas, « soit des niveaux bien supérieurs à la normale ». Dans une moindre mesure, l’eau (10 % de ruptures) et les bières et cidres (9 % de ruptures) ont connu des ruptures de stocks supérieures à la normale. Enfin, deux secteurs ont pâti des fortes températures : les cosmétiques et parfums, dont le chiffre d’affaires du 24 au 30 juin 2019 a baissé de 8,2 % par rapport à 2018, et les vins, en baisse de 8,7 %.