Étudiants précaires : des aides spécifiques pour pallier à l’urgence

ARGENT Près de 20 % des étudiants vivraient en dessous du seuil de pauvreté. Pour leur permettre de sortir la tête de l’eau, l’État propose des aides spécifiques

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Une aide spécifique d'urgence permet de soutenir financièrement les étudiants en situation critique.
Une aide spécifique d'urgence permet de soutenir financièrement les étudiants en situation critique. — IStock / City Presse

Bien qu’il existe peu de chiffres sur la situation sociale des étudiants, un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales de 2015 a estimé que 19,1 % d’entre eux vivaient avec moins de 987 euros mensuels, autrement dit en dessous du seuil de pauvreté. Or, la bourse sur critères sociaux et les aides au logement ne suffisent pas toujours à joindre les deux bouts. L’État a donc mis en place une aide d’urgence spécifique. Elle s’adresse aux étudiants de moins de 35 ans en difficultés financières (sauf en cas de handicap) et se décline en deux dispositifs : une allocation ponctuelle et une annuelle.

Une enveloppe unique en cas de besoin ponctuel

Un gros coup dur au beau milieu de votre année universitaire ? Pas de panique, l’aide spécifique peut permettre de se remettre à flot. Ce coup de pouce versé par le Crous (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) octroie jusqu’à 1.669 euros en une fois. Mais si la situation le justifie, l’étudiant peut obtenir de façon exceptionnelle plusieurs aides ponctuelles dans l’année, pour un montant maximum de 3.338 euros. Le tout pouvant se cumuler avec une bourse sur critères sociaux et une aide au mérite ou à la mobilité internationale.

Pour prétendre à cette enveloppe, il faut contacter le service social du Crous qui pourra, au besoin, proposer un entretien afin d’évaluer la situation globale. Le dossier sera ensuite transmis de façon anonyme à une commission chargée de rendre un avis d’attribution et proposant un chiffrage de l’aide. Mais c’est le directeur du Crous qui décidera du montant final. Il faut savoir qu’en cas d’extrême urgence, il est possible de se voir verser 200 euros maximum de façon anticipée, avant l’examen du dossier.

Un soutien annuel pour les difficultés durables

Dès lors que les problèmes financiers sont durables, c’est l’allocation d’urgence annuelle qui prend le relais. Cette aide est l’équivalent d’une bourse sur critères sociaux et ne peut donc se cumuler avec cette dernière. En pratique, elle obéit aux mêmes règles d’assiduité aux cours et aux examens et implique de remplir les conditions de diplôme et d’études requises pour l’obtention de la bourse. Quant au montant versé, il correspond à un des échelons 0 bis à 7 de la bourse sur critères sociaux, soit entre 1.009 euros et 5.551 euros par an, versés sur dix mois ou moins selon votre situation. Et comme cette dernière, l’étudiant est aussi exonéré des droits d’inscription universitaires ainsi que de la contribution vie étudiante et de campus (CVEC).

Mais alors, pourquoi demander l’aide d’urgence ? Parce que cette allocation intervient justement lorsqu’une condition liée à l’âge ou aux revenus empêche de bénéficier de la bourse sur critères sociaux. Sont notamment visés les étudiants fiscalement indépendants, voire en rupture familiale, ceux de plus de 28 ans qui reprennent leur cursus et ne touchent ni chômage , ni RSA, ou encore ceux qui vivent seuls en France mais dont les revenus de la famille à l’étranger les excluent de la bourse.