Permis de conduire: Quelles sont les règles pour rouler à l’étranger?

SUR LA ROUTE Les adeptes du road-trip doivent faire quelques vérifications avant de s’envoler vers de lointaines contrées. Première étape : vérifier la validité de son permis de conduire dans le pays de destination

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Avant de vous lancer dans un<em> road-trip</em> à l'étranger vous devez d'abord vérifier si votre permis national suffit.
Avant de vous lancer dans un<em> road-trip</em> à l'étranger vous devez d'abord vérifier si votre permis national suffit. — IStock / City Presse

Si prendre le volant dans un pays étranger peut être parfois un véritable challenge, notamment en cas d’inversion du sens de circulation, cela reste un excellent moyen de découvrir un maximum de choses durant son voyage. Mais encore faut-il en avoir le droit. Car se lancer dans un road-trip à travers la Norvège, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande n’implique pas les mêmes démarches.

Pour permettre d’y voir clair en quelques clics, la plateforme officielle du service public a mis en ligne un dossier « Conduire à l’étranger », qui informe des obligations en fonction de sa situation personnelle. Il suffit pour cela de préciser où le conducteur a obtenu son permis (en France, en Europe, à l’étranger) et s’il souhaite prendre la route en Europe ou dans un autre pays. Il n’y aura alors plus qu’à lire les informations correspondant au cas de figure adéquat.

Permis français ou international ?

De façon générale, rappelons qu’un permis de conduire français suffit pour prendre le volant dans un pays de l’Espace économique européen (autrement dit les 28 États membres de l’Union, en plus de l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège). À l’étranger en revanche, tout dépend de la destination. Certains pays, comme les États-Unis et le Canada, acceptent le permis français pour de courts séjours, tout comme la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud, qui imposent cependant en sus une traduction certifiée conforme.

Mais le plus souvent, c’est le permis international qui est exigé. Depuis le printemps 2018, la prédemande s’effectue obligatoirement sur le site officiel de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). Ce n’est qu’ensuite qu’il faudra envoyer un dossier avec les justificatifs nécessaires, par courrier, à l’adresse indiquée à la fin de procédure en ligne. Et mieux vaut s’y prendre à l’avance, puisqu’il faut compter entre cinq et sept semaines de traitement avant de recevoir le précieux sésame.