Les origines de la crise financière

ECONOMIE Les racines du mal remontent à 2001...

Sandrine Cochard

— 

La Bourse de New York a ouvert lundi à l'équilibre, alors que le pétrole poursuivait sa course aux records, passant pour la première fois les 143 dollars le baril: le Dow Jones gagnait 0,22% et le Nasdaq perdait 0,04%.
La Bourse de New York a ouvert lundi à l'équilibre, alors que le pétrole poursuivait sa course aux records, passant pour la première fois les 143 dollars le baril: le Dow Jones gagnait 0,22% et le Nasdaq perdait 0,04%. — Mario Tama AFP/Getty Images/Archives

Si la crise des subprimes a éclaté en février 2007, elle trouve son fondement dans la mini-récession traversée par les Etats-Unis en 2001. A l’époque, ils subissent l’effet retard de l’éclatement de la bulle Internet, en mars 2000. La Fed mène alors une politique de taux bas, confortée par la conjoncture mondiale qui, avec l’émergence économique de la Chine, où l’épargne se développe à toute vitesse, dispose d’un excès de liquidités.

>> Retrouvez notre dossier sur la crise financière et la faillite de Lehman Brothers.

«Après les attentats du 11-Septembre, le gouvernement américain avait alors pour priorité de relancer l’économie, explique à 20minutes.fr Gunter Capelle-Blancard, professeur d’économie à l’université Paris1-Panthéon Sorbonne. La Fed a baissé son taux directeur, jusqu’à ce qu’il atteigne 1% en 2003.» Problème: la Fed ne commence à le remonter, progressivement, qu’à partir de 2004.

>> A lire: que risque l'économie française?

 
Cette politique très accommodante dope les recours aux crédits. A cette époque, la crise des subprimes, ces crédits très risqués car proposés à des ménages peu solvables, est impossible à prévoir. «Les banques ont voulu faire mentir l’adage qui veut qu’on ne prête qu’aux riches, et, jusqu’en 2006, tout le monde se félicitait de cette situation», souligne l’économiste. Une facilité de prêt rendue possible par le Community Reinvestment Act, une loi américaine de 1977 qui ordonne aux banques de ne pas écarter les ménages aux faibles revenus et de leur proposer des crédits. En clair, même les pauvres ont le droit de s’endetter.

>> Comprendre: pourquoi cette crise agit comme un effet domino?

A partir de mi-2006, la bonne humeur se trouble. «A cette date, le marché de l’immobilier s’est retourné: les prix des logements ont plongé et les ménages endettés via un crédit à taux variable ont dû rembourser de plus en plus cher un logement dont la valeur fondait», explique à 20minutes.fr Christian de Boissieu, président délégué du Conseil d’analyse économique (CAE).
 
En février 2007, les défauts de paiement sur les crédits hypothécaires se multiplient aux Etats-Unis et provoquent les premières faillites d'établissements bancaires spécialisés. Quatre mois plus tard, en juin, la banque d'investissement Bear Stearns annonce la faillite de deux fonds spéculatifs. La crise des subprimes est lancée. Et ce sont ses conséquences qui se font sentir depuis lundi et la mise en faillite de Lehman Brothers.