La cité de l'Economie est logée dans l'hôtel Gaillard, dans le 17e arrondissement de Paris.
La cité de l'Economie est logée dans l'hôtel Gaillard, dans le 17e arrondissement de Paris. — Nicolas Raffin/20 Minutes

REPORTAGE

Qu’y a-t-il à découvrir à Citéco, la cité de l’économie, qui ouvre à Paris?

L’endroit se veut intéressant pour toutes les générations

  • La Cité de l’Economie ouvre ses portes ce vendredi à Paris.
  • Elle ambitionne de rendre l’économie plus ludique et plus attractive.
  • Ses concepteurs affirment qu’elle respecte la pluralité des points de vue, même si certains détails pourront faire tiquer les visiteurs.

Ne l’appelez surtout pas musée de l’Economie. La toute nouvelle « Cité » de l’Economie, Citéco pour les intimes, qui ouvre ce vendredi à Paris*, se veut bien plus ambitieuse. « Nous ne montrons pas des collections, mais nous voulons permettre à tout le monde de décrypter l’économie d’aujourd’hui » insiste Ghislain Lauverjat, chargé de la médiation.

L’enjeu n’est pas mince : de nombreuses enquêtes ont souligné ces dernières années le manque de culture économique des Français et l’image de complexité que renvoie la matière. Alors, pour la rendre plus attrayante, les concepteurs de Citéco ont dû se montrer très imaginatifs. Par chance, ils avaient déjà sous la main un bâtiment exceptionnel, l’hôtel Gaillard, classé monument historique.

Ainsi, même si vous êtes absolument hermétique à la théorie de l’offre et de la demande, Citéco vaut le détour rien que pour son cadre. Jusqu’en 2006, le très chic hôtel particulier du 17e arrondissement était une succursale de la banque de France, qui accueillait les riches clients désireux de mettre leurs biens de valeurs à l’abri. Malgré les travaux de rénovation menés depuis 2012, l’esprit du lieu a été parfaitement conservé, et le parcours de Citéco invite à la déambulation dans ce véritable château. L’incroyable salle des coffres en sous-sol, entourée d’une douve et protégée par d’épais murs de béton, mérite à elle seule le détour.

L'entrée de la salle des coffres
L'entrée de la salle des coffres - Nicolas Raffin/20 Minutes

Du jeu au concept

Au milieu de ce décor imposant de 2.400 mètres carrés, Citéco a aménagé différents espaces thématiques : « Echanges », « Acteurs », « Marchés », « Instabilités », « Régulation », et « Trésors ». Ils permettent aux visiteurs de découvrir les multiples facettes de l’économie de manière très interactive. Un faux scanner d’aéroport (photo ci-dessous) permet par exemple de décortiquer un objet du quotidien et de connaître la provenance de ses composants : une manière d’illustrer concrètement les circuits du commerce international.

Un faux scanner permet de découvrir l'origine de quelques produits de consommation.
Un faux scanner permet de découvrir l'origine de quelques produits de consommation. - Nicolas Raffin/20 Minutes

Un autre jeu tactile demande aux visiteurs de pêcher des poissons le plus vite possible, puis les place face à un dilemme : acceptent-ils un quota contraignant de pêche pour préserver l’écosystème, ou font-ils confiance à l’auto-régulation des autres pêcheurs/joueurs ? Derrière l’aspect ludique, cela permet de réfléchir à la limitation des ressources et à leur rareté, un concept central en économie.

Les plus passionnés pourront même s’initier à la négociation internationale dans une salle de crise. En compagnie d’autres visiteurs, représentant chacun un Etat, ils devront se mettre d’accord pour développer les énergies renouvelables et atteindre un objectif commun. En plus de ces éléments, Citéco propose aussi des visites thématiques suivant le profil des visiteurs (famille, écoles, etc), des ateliers et des cycles de conférences.

Une Cité impartiale ?

Reste une question essentielle : Citéco, pilotée par la banque de France, est-elle assez rigoureuse et impartiale sur son offre pédagogique ? L’économie est en effet une discipline traversée par de multiples courants de pensées, qui amènent à des positions radicalement opposées : quand certains, par exemple, militent pour que l’État prenne une part importante dans l’économie (interventionnistes), d’autres estiment au contraire qu’il doit s’en tenir le plus loin possible (libéraux).

« Dans chaque section de la Cité, nous avons implanté une borne « Débats ». Elle met en scène deux économistes qui exposent leur point de vue sur un thème donné » explique Ghislain Lauverjat. Dans la partie « régulation » de Citéco, il est ainsi possible de visionner un débat (de quelques minutes, pour ne pas perdre l’auditoire) sur le rôle des banques centrales.

Le public, « vrai juge de paix »

Certains visiteurs pourront néanmoins tiquer sur quelques détails. Un panneau sur le partage des compétences nationales en Europe affirme par exemple que « l’union fait la force » et permet de « mieux négocier les accords commerciaux ». Un jeu interactif sur le système des retraites explique quant à lui qu’arrêter de travailler à 62 ans, c’est peut-être un peu « trop tôt pour avoir une pension confortable ». Un article de Mediapart regrettait enfin l’absence d’un espace dédié posant « la question du travail et de sa valeur », dénonçant une vision « individualisée » de l’économie.

Le jeu qui ne va pas plaire à tout le monde...
Le jeu qui ne va pas plaire à tout le monde... - Nicolas Raffin/20 Minutes

Ces exemples traduisent la difficulté de simplifier et de synthétiser une matière aussi complexe. Face aux éventuelles critiques, Jean-Yves Greuet, le directeur adjoint de Citéco, reste serein. « Le résultat final, ce sera avec l’ouverture au public qu’on pourra le jauger. Il sera le vrai juge de paix » affirme-t-il.

*Adresse : 1, rue du Général Catroux (Paris 17e, métro Monceau ou Malesherbes). Gratuit les 14,15 et 16 juin. Au-delà, tarif adulte : 12 euros. Tarif 18-25 ans : 9 euros. Tarif 6-17 ans : 6 euros. Le parcours est intégralement accessible aux personnes handicapées.