ArcelorMittal veut économiser 4 milliards de dollars

INDUSTRIE Malgré de bons résultats, le groupe annonce des «réductions d'effectifs» qui ne devraient pas toucher la France...

J.M. avec agence

— 

La société sidérurgique italienne Carlo Tassara a annoncé jeudi soir dans un communiqué que son intérêt pour l'aciérie de Gandrange n'était "plus d'actualité", Arcelor-Mittal n'ayant pas souhaité "donner suite à sa proposition".
La société sidérurgique italienne Carlo Tassara a annoncé jeudi soir dans un communiqué que son intérêt pour l'aciérie de Gandrange n'était "plus d'actualité", Arcelor-Mittal n'ayant pas souhaité "donner suite à sa proposition". — Jean-Christophe Verhaegen AFP/Archives

Comment économiser 4 milliards de dollars? Le numéro un mondial de l'acier, ArcelorMittal, annonce un plan d'économies qui comprendra des «réductions d'effectifs à travers des plans de départ à la retraite volontaires», dont l'ampleur et la localisation n'ont toutefois pas été précisées.

La France n'est pas visée

Début 2008, l’usine de Gandrange du géant de l’aciérie avait dû partiellement fermer, entraînant la suppression de 575 emplois. Une porte-parole du groupe assure que ce plan ne prévoit «pas de licenciements secs» et n'aura «pas d'impact social» en France.

Dans une déclaration écrite, le directeur général pour la France, Daniel Soury-Lavergne, a précisé que le groupe «ne projette pas de mettre en oeuvre des plans de départs volontaires ou de retraites anticipées».

Il affirme que le plan «ne concerne pas spécifiquement la France» et que la négociation menée avec les syndicats français «prendra en compte la nécessité d'embaucher du personnel en raison des départs naturels en retraite dans les cinq prochaines années»


De bons résultats et un avenir radieux

Le groupe se montre pourtant optimiste sur ses résultats. Il annonce, sur son site Web, des bénéfices en très forte hausse sur les neuf premiers mois de 2008.

Il précise par ailleurs qu’«en dépit du ralentissement économique mondial, le marché mondial de l'acier devrait continuer à croître de 3% à 5% dans les prochaines années».

320.000 employés

Dans un communiqué, le groupe justifie son plan par la volonté «d’augmenter le rendement et d’améliorer la qualité des produits». Il vise notamment à «accroître la productivité du personnel» et à «baisser les coûts de production» sur les cinq prochaines années.

La direction d'ArcelorMittal doit rencontrer des investisseurs, mercredi et jeudi à Londres, pour faire un point sur la situation du groupe, qui emploie 320.000 personnes dans plus de 60 pays.