Pour les entreprises, la prime sur le carburant resterait facultative

Jade Gilles (avec A. B.) - ©2008 20 minutes

— 

Le gouvernement reste sur sa position pour l'aide au transport. Le ministre du Budget, Eric Woerth, a confirmé hier que les employeurs devront bientôt payer 50 % de l'abonnement mensuel aux transports collectifs partout en France. Pour les salariés contraints d'utiliser la voiture, l'entreprise pourra, si elle le souhaite, verser une prime de 200 euros par an. La poire a donc été coupée en deux après une âpre bataille entre syndicats et patronat. Le Medef refusait de payer, dénonçant « l'excès de taxes », tandis que les syndicats réclamaient l'aide des patrons. Facultative, la prime sur le carburant sera totalement exonérée de charges sociales et d'impôt pour le salarié afin d'inciter les patrons à l'adopter, après l'échec du précédent système, le chèque-transport du gouvernement Villepin. « Calqué sur le modèle du Ticket Restaurant, il était trop complexe à mettre en oeuvre », a estimé hier André-Paul Bahuon, expert-comptable. La balle est maintenant dans le camp des partenaires sociaux. Demain, une rencontre est prévue à Matignon pour négocier.