Les hôtels du Grand Est ont enregistré près de 15 millions de nuitées en 2018. Un chiffre en hausse.
Les hôtels du Grand Est ont enregistré près de 15 millions de nuitées en 2018. Un chiffre en hausse. — Gile Michel / SIPA

ECONOMIE

Le Grand Est commerce mais séduit peu de touristes

Vous n’avez pas lu le bilan économique 2018 du Grand Est publié par l’Insee ? Voici cinq tendances à en tirer

  • L'amélioration économique se poursuit en 2018 dans le Grand Est même si la dynamique est moins importante qu'en 2017.
  • Le taux de chômage dans la région a baissé de 0,2 %, pour s’établir à 8,4 % fin 2018.
  • Le Grand Est se hisse au deuxième rang des régions françaises au niveau des échanges extérieurs mais n'est que la huitième fréquentée par les touristes.

Bonne nouvelle, « l’amélioration économique dans le Grand Est se poursuit en 2018 », écrit l’Insee dans son bilan économique régional 2018. Avant vite de nuancer : « La dynamique est moins favorable » qu’en 2017 et que dans le reste de la métropole. Bref, petit résumé en cinq points !

Un taux de chômage en baisse

Le Grand Est a perdu 2.200 salariés en 2018. Pas d’inquiétude. Le taux de chômage a baissé de 0,2 %, pour s’établir à 8,4 % fin 2018 d’après l' Insee. C’est mieux qu’au niveau national (8,8 %) et c’est surtout la quatrième année de suite qu’il recule. Il y avait un peu plus de 500.000 demandeurs d’emploi inscrits au 1er janvier.

Une situation idéale pour le commerce

Allemagne, Belgique, Suisse, Luxembourg… Le Grand Est profite de ses voisins et de sa position géographique pour se hisser au deuxième rang des régions au niveau des échanges extérieurs. En 2018, ils ont représenté 123 milliards d’euros, avec une balance commerciale positive : 64,7 milliards d’euros d’exportations contre 58,3 milliards d’euros d’importations. Que vend donc la région ? Des produits industriels et pharmaceutiques (45 % du total), des équipements mécaniques, électriques, informatiques ou électroniques (21 % du total), des matériels de transport (19 %) et des denrées alimentaires, comme le champagne.

Pas la région préférée des touristes

Le Grand Est n’est que la 8e région française fréquentée par les touristes. C’est ce qu’indiquent les 22,2 millions de nuitées enregistrées en 2018, total qui ne tient pas compte des locations entre particulier. Les différences entre les départements sont énormes, avec trois départements moteurs : Haut-Rhin, Bas-Rhin et Moselle.

De plus en plus de voyageurs aériens

L’avion séduit toujours plus. En 2018, le nombre de passagers a augmenté de 8 % dans les aéroports de la région. L’EuroAirport de Bâle-Mulhouse-Fribourg, qui a vu passer 8,6 millions de voyageurs, représente 84 % du trafic. Avec 1,3 million de passagers (+7 %), l’aéroport de Strasbourg-Entzheim est loin.

Le vin d’Alsace perd des marchés

Après une année 2017 difficile, les vendanges ont été réussies en Alsace l’an dernier. La production s’établit à 1,2 million d’hectolitres. Mais mauvaise nouvelle, les ventes ont reculé en 2018, d’un peu plus de 5 %. Seul le Crémant résiste.