Inégalités: La pauvreté est alimentée par la «précarité de l’emploi», dit un rapport

TRAVAILLEURS PAUVRES Ce n’est pas une surprise, loin de là, mais l’Observatoire des inégalités donne des chiffres et s’inquiète de la tendance

20 Minutes avec AFP

— 

La hausse de la précarité provoque une hausse de la pauvreté.
La hausse de la précarité provoque une hausse de la pauvreté. — JOËL SAGET / AFP

La pauvreté en France est alimentée par une «  précarité de l’emploi » croissante selon un rapport de l’Observatoire des inégalités, rendu public mardi, qui s’inquiète plus largement d’une augmentation du taux de pauvreté et des inégalités ces dix dernières années. Publié tous les deux ans, ce rapport indépendant, fait le point sur les évolutions des inégalités dans de nombreux domaines, des revenus à l’école, en passant par la santé, le logement, les inégalités entre les femmes et les hommes comme entre milieux sociaux.

Un million de personnes exercent un emploi mais disposent malgré tout d’un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté, établi par l’Observatoire à 50 % du revenu médian (soit 855 euros par mois pour une personne seule) et à 60 % par l’Insee (1.026 euros). Le « taux de précarité » des travailleurs était de 13,6 % en 2017, contre 12 % dix ans plus tôt selon l’Observatoire, pour qui cette progression constitue « un phénomène nouveau et inquiétant ».

8 millions de personnes en situation de « mal-emploi »

En cause selon les auteurs du rapport, l’augmentation des contrats à durée déterminée, d’intérim et d’apprentissage depuis 2014 après dix ans de stabilité. Plus de huit millions de personnes sont recensées dans le rapport comme « en situation de mal-emploi », soit au chômage ou en « contrat précaire ».

« Cette France de l’insécurité sociale a un visage : celui des employés et des ouvriers peu ou non qualifiés, des "uberisés", des indépendants (du bas de l’échelle). Pour une grande part, cette France a animé les manifestations des "gilets jaunes" », commente Louis Maurin, le directeur de l’Observatoire des inégalités.

Augmentation de la pauvreté

Par ailleurs, s’il n’y a pas eu une « explosion de la pauvreté », la tendance à la baisse enregistrée entre les années 1970 et le début des années 1990 s’est inversée. Entre 2006 et 2016, le nombre de personnes pauvres vivant sous le seuil établi à 50 % du revenu médian est passé de 4,4 à 5 millions, soit « 600.000 pauvres de plus en dix ans ». Leur nombre est de 8,8 millions si l’on se réfère au seuil de l’Insee.

Les analyses constatent toutefois que la France reste, grâce à son modèle social, l’un des pays d’Europe qui enregistre le taux de pauvreté le plus faible, à 6,8 % au seuil à 50 % en 2015 selon Eurostat, derrière les Pays-Bas (6,6 %) et la Finlande (4,9 %), mais devant l’Allemagne et le Royaume-Uni (10 %).