Étudiant et parent: des aides permettent de joindre les deux bouts

ARGENT Quelque 110.000 jeunes partagent leur vie entre la poursuite de leurs études supérieures et l’éducation de leur enfant. Une double casquette difficile à porter

Julie Polizzi pour 20 Minutes

— 

Des aides financières existent pour soutenir les quelque 110 000 étudiants ayant des enfants.
Des aides financières existent pour soutenir les quelque 110 000 étudiants ayant des enfants. — IStock / City Presse

D’après l’Insee, les Français deviennent parents à 28 ans en moyenne aujourd’hui. Défiant les statistiques, certains se lancent toutefois dans l’aventure beaucoup plus tôt, quitte à brûler les étapes en fondant une famille avant d’entrer dans la vie active. Quelque 110.000 étudiants étaient ainsi également parents en 2016 (soit 4,5 % de cette population), selon une étude de l’ Observatoire national de la vie étudiante (OVE). Or, qu’il s’agisse d’un choix assumé ou d’un hasard de la vie, cette situation peut entraîner des difficultés financières. Mais des solutions existent.

La bourse sur critères sociaux et ses bonus

En tête de liste, il faut d’abord citer la classique bourse sur critères sociaux. Pour y prétendre, il convient de remplir le dossier social étudiant (DSE) à partir du portail officiel unique : Messervices.etudiant.gouv.fr. Il comporte notamment un justificatif de ressources et de scolarité et permet d’obtenir une aide annuelle versée sur dix mois, variant entre 1.000 et plus de 5.500 euros en fonction de l’échelon retenu. Il existe en effet huit catégories de bourses , évaluées selon le niveau de revenus, l’éloignement entre le domicile et le lieu d’études, mais aussi le nombre d’enfants à charge. La situation de jeune parent est donc prise en compte dans ce calcul.

Par ailleurs, la législation prévoit que les étudiantes boursières qui reprennent leurs études après une interruption due à une maternité peuvent bénéficier d’un complément de bourse de 270 euros. De même, alors qu’un étudiant peut utiliser sept droits maximum à la bourse durant la totalité de ses études – ce qui peut par exemple poser problème en cas de redoublement ou de réorientation –, un droit supplémentaire peut être attribué à une étudiante qui a dû interrompre son cursus pour cause de maternité.

Vos droits en tant que parent

Comme tous les parents d’un jeune enfant, les étudiants peuvent en outre bénéficier des aides familiales classiques, à commencer par la prime à la naissance , qui s’élève en 2019 à 944,51 euros et impose de respecter un plafond de ressources (revenu net catégoriel de 41.840 euros maximum pour un bambin à charge). Plus encore, l’allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) octroie une aide aux ménages jusqu’aux 3 ans de l’enfant. Son montant est fixé à 184,62 euros pour les foyers les plus précaires, contre 92,31 euros pour les autres, sachant que le plafond de ressources varie en fonction de la situation familiale (parent isolé et couple avec un ou deux revenus).

Enfin, si le statut d’étudiant empêche en principe de prétendre au revenu de solidarité active (RSA), vous pouvez tout de même le percevoir si vous êtes dans la situation d’un parent isolé, autrement dit si vous ne vivez pas en couple de manière déclarée et permanente sans partage de ressources. Vous avez ainsi droit à un montant forfaitaire de 958,37 euros pour un enfant à charge, majoré en fonction de vos revenus.