Les ventes de biens immobiliers anciens en forte baisse

J. G. (Avec AFP) - ©2008 20 minutes

— 

La crise immobilière s'avère plus grave que prévue. Le Conseil supérieur du notariat a notifié hier une baisse de 25 % en moyenne du nombre de ventes de logements anciens dans toutes les grandes villes (à l'exception de Paris, - 20%) au premier semestre par rapport à 2007.

« Après l'annonce de la baisse des ventes de logements neufs en France de 30 % pour les six premiers mois de 2008, on est passé dans la deuxième phase de la dégradation de l'activité, surtout que les mois d'été ont été catastrophiques », analyse Michel Mouillart, professeur d'économie à Paris-X Nanterre. L'indice de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) fait d'ailleurs apparaître une baisse de 1,5 % des prix dans l'ancien en août. Pour Michel Mouillart, il est clair que « la crise est plus importante que celle des années 1990 », vu la vitesse alarmante du recul des transactions. Refusant cette comparaison, la Fnaim estime au contraire qu'il n'y a pas aujourd'hui de « marché spéculatif » ni de logements neufs vides.