VIDEO. Le cash back, ou comment obtenir des espèces chez les commerçants

ARGENT Face à la disparition des moyens de retraits dans certains territoires, le cash back, qui permet d’obtenir des espèces chez un commerçant, se développe progressivement

Romarik Le Dourneuf

— 

Retrait au distributeur
Retrait au distributeur — Raphaël Bloch
  • Le nombre d’agences bancaires et de distributeurs de billets diminue en France.
  • Le cash back consiste à payer une somme supérieure au dû à un commerçant, pour que celui-ci reverse l’excédent en espèces.
  • Une pratique régulée en France depuis décembre dernier

Comment se procurer du liquide quand la source se fait plus rare ? Lenombre d’agences bancaires physiques fond peu à peu en France, avec 2.000 établissements en moins depuis dix ans (-5 %). Avec l’émergence des banques en ligne, qui ne possèdent pas leur propre réseau de distribution, et le développement du paiement sans contact, les banques font désormais des économies en réduisant progressivement le nombre de distributeurs automatiques de billets (DAB). Conséquence :  certaines zones, rurales notamment, se retrouvent dépourvues de moyens de retraits.

Un système en développement

Pour pallier ce manque de structure, la solution du cash back est apparue depuis quelques années en France. Démocratisée depuis plus longtemps chez certains de nos voisins européens, elle se trouvait dans un flou juridique. Jusqu’au décret du 24 décembre 2018, qui a permis de réguler davantage cette pratique. Mais en quoi consiste-t-elle exactement ?