Colonies de vacances: Qu'en pensent les enfants et les parents?

ETUDE L’association Jeunesse au Plein Air révèle une enquête Ifop sur les colonies de vacances, confrontées à une baisse de fréquentation

Romarik Le Dourneuf

— 

Animation pour enfants sur la plage à Marseille
Animation pour enfants sur la plage à Marseille — P.MAGNIEN
  • Jeunesse au Plein Air dévoile ce jeudi une enquête sur les colonies de vacances, alors que la pause estivale approche.
  • Enfants et parents ont été interrogés pour recueillir leur vision de ces structures.
  • Selon l’association, le remède serait de mieux informer sur les aides et les innovations du secteur.

Une nouvelle jeunesse pour les colonies de vacances. Ce jeudi, l’association Jeunesse au Plein Air (JPA) dévoile une enquête réalisée par l’Ifop* pour décrypter la vision qu’ont les enfants et les parents des accueils collectifs de mineurs, et alors que les vacances d’été approchent.

Avec plus d’1,4 million d’enfants partis en 2018-2019, les séjours collectifs de mineurs restent appréciés des Français. Toutefois, le secteur constate une baisse de 12 % depuis neuf ans. Dans ce sens, l’enquête révèle que seul un enfant interrogé sur quatre (âgés de 7 à 12 ans) a déjà connu les joies de la « colo ». Ce sont les garçons (29 % contre 22 % pour les filles) et les enfants de catégories socioprofessionnelles supérieures (32 % contre 20 % pour les catégories populaires) qui profitent le plus des colonies de vacances.

Le coût, principal obstacle

Pierre Perret n’est pas le seul à aimer les jolies colonies de vacances, puisque 93 % des enfants les ayant connues disent avoir apprécié leur séjour. Les activités proposées sont bien sûr un élément important pour 39% des interrogés, mais les enfants mettent aussi en avant le temps passé avec les copains (39%) et le plaisir de découvrir un autre cadre de vie (27%).

Alors, pourquoi peinent-elles à rebondir ? Sans surprise, le coût du séjour est mis en avant. Le prix moyen, de 550 euros par enfant pour 7 jours, est le principal obstacle pour 27 % des parents, surtout parmi les classes les plus fragiles économiquement. Les autres raisons citées sont la volonté de passer les vacances avec son enfant (26%) et de ne pas s’en éloigner (9%), le manque de confiance dans l’encadrement (16%) et la peur de voir sa progéniture malheureuse (9%).

Une information à développer

Face à cette situation, Jeunesse au plein air souhaite booster l’image des colonies de vacances et aider les familles à y accéder. D’abord en réclamant un guichet unique pour les aides financières, afin que les parents puissent savoir facilement et clairement auxquelles ils ont droit.

L’association propose également la mise en place d’un compte épargne des colos et d’un fonds national de solidarité pour surmonter l’obstacle financier. Car, comme le souligne Jacques Durand, président de la JPA, les colos « sont un lieu de mixité sociale à préserver et un formidable creuset de découverte collective et d’épanouissement ».

* double enquête réalisée par l’Ifop pour la Jeunesse Au Plein Air du 12 au 24 avril 2019, auprès de deux échantillons représentatifs : 400 enfants de 7 à 12 ans d’un côté, et 1.003 parents d’enfants de 7 à 12 ans de l’autre.