Secteur de Strasbourg: La délicate reconversion du centre commercial de la Vigie

COMMERCE L'Eurométropole va consacrer 15 millions d'euros pour rénover la zone commerciale de la Vigie, un choix critiqué par l'opposition

Nils Wilcke

— 

Un chariot de supermarché. (Illustration)
Un chariot de supermarché. (Illustration) — Pixabay
  • L’Eurométropole de Strasbourg a validé le 3 mai le bilan de la concertation préalable avec le public sur l’amélioration de la desserte de la zone commerciale Sud de la Vigie-Fort-Forlen.
  • 15 millions d’euros seront nécessaires pour rénover la zone, une somme que l’opposition juge bien trop élevée compte tenu de la conjoncture.
  • L’exécutif assume et tente de trouver un nouvel équilibre face aux nouvelles habitudes des consommateurs.

Les zones commerciales autour de Strasbourg ont-elles un futur ? C’est l’un des sujets qui fâche à l’approche des élections municipales de 2020 et qui dépasse les clivages politiques. L’Eurométropole a validé le 3 mai le bilan de la concertation préalable avec le public sur l’amélioration de la desserte de la zone commerciale Sud de la Vigie-Fort-Forlen.

Que prévoit le projet ? Un ripolinage des infrastructures. Depuis le déménagement de Décathlon à Geispolsheim en 2016, le centre commercial La Vigie, gérée par le groupe Altarea, tente de négocier une nouvelle trajectoire. En partant, l’enseigne de sport a laissé 5 000 m2 de locaux vacants. Leroy-Merlin a suivi le mouvement en s’installant quelques mètres plus loin.

15 millions qui fâchent

« On ne pouvait pas laisser partir en friche ce territoire », explique à 20 Minutes le vice-président de l’Eurométropole en charge du commerce et de l’artisanat Jean-Luc Herzog. Coût global du chantier à venir, 15 millions d’euros dont 12,5 pour les travaux et 2,5 pour les études d’impact. Sur cette somme, 10 millions concernent la transformation des trois ronds-points en carrefours à feux et environ 2,5 millions sont consacrés à l’aménagement de pistes cyclables.

Le projet soumis à la concertation de la Vigie.
Le projet soumis à la concertation de la Vigie. - Eurométropole de Strasbourg

Et ce, malgré une forte opposition des élus, à gauche comme à droite. « Ils sont has been, indique à 20 Minutes Paul Meyer, adjoint au maire de Strasbourg en charge du tourisme. C’est un problème de vision, ils sont incapables d’accompagner le changement des commerces ». Un argument repris par l’adjoint écolo Alain Jund lors de la délibération du conseil municipal : « Nous sommes en 2019 et nous voudrions investir 15 millions dans la transformation en carrefours à feux de trois giratoires, comme remède à une zone commerciale un peu en déshérence ? Sommes-nous en 1979 ? ».

A la recherche d’un nouvel équilibre

Ces critiques, l’exécutif les attendait. Le vice-président Jean-Luc Herzog indique n’avoir accordé que 10 000 m2 sur les 40 000 exigés par Altarea. Les travaux ont été intégrés dans un plan « d’accessibilité globale » des communes avoisinantes (Fegersheim, Illkirch-Graffenstaden, Geispolsheim et Oswald). Un nouveau fonds doté de 200.000 euros a été voté dans la foulée afin d’aider les commerces des plus petites communes de l’Eurométropole en cas d’investissement matériels ou immatériels (30 % des frais, jusqu’à 35 % pour les bouchers-charcutiers et les boulangers).

Le président Robert Herrmann balaye les critiques : « Nous savons bien que les grands modèles des hypermarchés ont vécu. Nous essayons de trouver un nouvel équilibre », assure l’élu. Il esquisse le portrait d’un nouveau type de commerces, plus modestes, qui maximisent l’espace…

A Erstein, au sud de Strasbourg, une nouvelle zone commerciale a vu le jour l’année dernière, à l’entrée de la ville. Le maire, Jean-Marc Willer, préfère parler d'« espace commercial ». 14 enseignes se sont installées parmi lesquelles un magasin Leclerc Bio, un garage Norauto, une salle de sport… Même si les ordres de grandeur ne sont pas les mêmes qu’à la Vigie, ce type de projets semble se rapprocher des tendances d’achat observées par l'Eurométropole chez les consommateurs en quête de proximité.