VIDEO. Les bénéfices d'Airbus (un peu) plombés par le gel des ventes d'armes à l'Arabie saoudite

ECONOMIE Le bénéfice net du groupe Airbus est en baisse au premier trimestre, notamment en raison de la décision de l’Allemagne de geler ses ventes d’armes à l’Arabie saoudite, impliquée dans la guerre au Yémen

H.M. avec AFP

— 

Le siège d'Airbus à Blagnac, près de Toulouse.
Le siège d'Airbus à Blagnac, près de Toulouse. — Rémy GABALDA AFP

Le groupe Airbus a fait un confortable bénéfice de 40 millions d’euros au premier trimestre, d’après les chiffres communiqués ce mardi. Ce résultat est toutefois en chute de 86 % par rapport au premier trimestre 2018.

Pour expliquer ce différentiel, l’industriel invoque « l’impact négatif (- 61 millions d’euros) induit par le coût de programme A380 », dont l'arrêt a été annoncé en début d'année. Mais aussi et surtout l’impact (-190 millions d'euros) induit par « la suspension prolongée des licences d’exportation de matériels de défense à l’Arabie saoudite par le gouvernement allemand ».

Du matériel de « sécurité transfrontalière »

Berlin a en effet prolongé fin mars, et pour six mois, le gel de ses exportations d’armes vers l’Arabie saoudite en raison de l’implication de ce pays dans la guerre au Yémen​ qui a fait plus de 10.000 morts depuis 2015.

Airbus est affecté par cette décision dans le cadre d’un contrat pour du matériel de « sécurité transfrontalière », a indiqué à l’AFP Dominik Asam, le directeur financier du groupe européen d’aéronautique et de défense. « Nous devons maintenant regarder de près ce qui se passe dans l’environnement politique », a-t-il ajouté, en précisant qu’il était « trop tôt pour faire un commentaire sur un éventuel impact » sur le contrat.

Cet aléa diplomatique n’empêche pas le groupe d’afficher au premier trimestre un chiffre d’affaires en hausse de 24 %, à 12,5 milliards d’euros.