Cannes: Des recruteurs font passer un «casting» à des aspirants serveurs et commis

EMPLOI Un déjeuner a été organisé pour tester en conditions réelles les capacités des candidats

Fabien Binacchi

— 

Des demandeurs d'emploi dans les cuisines du CFA de Cannes
Des demandeurs d'emploi dans les cuisines du CFA de Cannes — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • A Cannes, où le secteur de l’hôtellerie-restauration peine à recruter, Pôle emploi a organisé un «casting» en conditions réelles.
  • Des candidats commis et serveurs ont participé à un déjeuner en présence d’une vingtaine de recruteurs.

Un nouveau casting dans la ville du cinéma ? Oui sauf que, lundi midi, ceux qui passaient un bout d’essai espéraient plutôt décrocher un rôle dans un restaurant ou dans un hôtel. Après une courte formation, ce «  recrutement innovant » financé par Pôle emploi dans un secteur en tension (plus d’offres que de demandes) de la Côte d’Azur a fait se rencontrer 22 demandeurs d’emploi, et 23 entreprises dans des conditions réelles au restaurant d’application du CFA de Cannes. Les aspirants commis étaient en cuisine et les candidats en salle ont vraiment fait le service pour leurs recruteurs.

« On est parfois frustré de ne rien pouvoir montrer lors d’un entretien d’embauche. Là, les entreprises peuvent vraiment se rendre compte de ce que l’on vaut », s’est réjoui sur place Nicolas, un Antibois de 30 ans tiré à quatre épingles qui virevoltait entre les tables.

Nicolas tente de convaincre en salle
Nicolas tente de convaincre en salle - F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Au menu pour les convives : farcis niçois, filet de saumon et artichauts, puis tiramisu aux fruits rouges. Et derrière les fourneaux, Fatna peaufinait les assiettes. Ancienne chef de rang pendant 9 ans, cette Cannoise de 49 ans a tenté l’expérience après une reconversion ratée dans le secrétariat. « Le fait qu’il y ait tout, une période de formation, même si elle est un peu courte, le recrutement et un suivi en entreprise m’a séduite », a-t-elle expliqué.

« On voit la présentation de la personne et certains comportements »

A table, pendant le repas, les CV sont distribués aux recruteurs. Ils observent les moindres faits et gestes de leurs cibles. « Ça permet d’avoir quelques pistes. Notamment pour le service. On voit le maintien, le sourire, la présentation de la personne, certains comportements », analyse Hélène Fons, responsable des embauches à l’hôtel Martinez.

De courts entretiens sont ensuite organisés sur le principe d’un speed dating. Et le bilan de l’opération est positif. Sur les 22 candidats au départ, 18 ont été sélectionnés, soit pour un second entretien, soit pour une embauche directe.

« Nous sommes en train d’imaginer ce mode de recrutement pour d’autres métiers, comme la coiffure. Mais il est en tout cas certain qu’il sera renouvelé pour l’hôtellerie-restauration, où l’offre est très importante [le secteur concentre à lui seul 22 % des 60.300 projets de recrutement en 2019 dans les Alpes-Maritimes, selon la dernière enquête Besoins en main-d’œuvre] et qu’il y a une vraie difficulté de recrutement », précise Jean-Claude Morisseau, le directeur du Pôle emploi de Cannes.