Impôt sur le revenu: Le Maire vise une baisse de 180 à 350 euros par an et par ménage

FISCALITE Dans son allocution la semaine dernière, Emmanuel Macron avait promis une baisse d'impôts aux Français, sans en préciser le montant

20 Minutes avec AFP

— 

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, le 8 janvier 2019 à Paris.
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, le 8 janvier 2019 à Paris. — SIPA

C’est une promesse d'Emmanuel Macron. Bruno Le Maire a annoncé ce mardi viser une baisse d’impôts comprise entre 180 et 350 euros par an et par ménage, sur les deux premières tranches d’imposition (14 % et 30 %). Elle devrait bénéficier à 15 millions de foyers fiscaux en France, avait précisé la semaine dernière le ministre de l’Economie.

« L’objectif, c’est que les 12 millions de foyers fiscaux qui sont dans la tranche à 14 % puissent avoir une baisse moyenne d’impôt sur le revenu de l’ordre de 350 euros. ». Mais « il faut également » que les contribuables situés dans la tranche à 30 % « puissent bénéficier de cette baisse, pour un gain moyen de 180 euros », a précisé le ministre invité de l’émission Les quatre vérités sur France 2.

La tranche à 30 % sera concernée

Selon Bruno Le Maire, « ça ne veut pas dire que la tranche à 30 % ne sera pas concernée ». « Elle doit également être concernée par cette baisse d’impôt, dans une mesure moindre, car je pense que la situation est moins difficile », a-t-il détaillé, évoquant « un gain moyen de 180 euros », pour les foyers concernés. Concernant les modalités de la baisse, Bruno Le Maire a dit vouloir jouer sur le niveau du taux de la première tranche, plutôt que sur l’ajout de nouvelles tranches d’imposition.

L’idée, c’est d’avoir « à la fois une baisse de ce taux de 14 % et puis une simplification de certaines modalités, parce que vous avez certains effets de seuil dans cette tranche qui font que vous pouvez gagner 100 euros supplémentaires et devoir en payer 40 », a-t-il détaillé, en référence au système de « décote » développé sous François Hollande.

Suppression de niches fiscales

Le gouvernement devrait présenter au mois de juin les modalités de cette baisse de l’impôt promise par Emmanuel Macron au terme du grand débat, a annoncé lundi Edouard Philippe à l’issue d’un séminaire gouvernemental.

Pour financer cette baisse, estimée à cinq milliards d’euros, le Premier ministre a confirmé que certaines niches fiscales à destination des entreprises seraient supprimées, sans toucher au Crédit impôt recherche ni à l’allégement de charges pour les entreprises qui correspond à l’ancien CICE.

Cinq tranches progressives existent actuellement pour l’impôt sur le revenu, dont s’acquittent 16,8 millions de foyers fiscaux sur un total de 38,3 millions, soit 43 % des contribuables : 0 %, 14 %, 30 %, 41 % et 45 % pour les revenus supérieurs à 153.783 euros.