Toulouse: La navette autonome EasyMile trace sa route à l'Oncopôle... et ailleurs

TRANSPORT L’Etat a annoncé le lancement de 16 expérimentations de véhicules autonomes, dont un sur le site de l'Oncopole avec la navette toulousaine EasyMile

B.C.

— 

Un minibus sans chauffeur, du constructeur EasyMile.
Un minibus sans chauffeur, du constructeur EasyMile. — /Photo EasyMile

Aujourd’hui, pour parcourir le kilomètre qui sépare le parking de l’Oncopole à l’établissement de soins, les patients et visiteurs prennent une navette avec chauffeur. Demain, les 350 usagers quotidiens de ce service monteront dans un véhicule autonome.

Cette expérimentation est en effet l’une des 16 retenues par le gouvernement pour développer les véhicules autonomes. Et c’est la société toulousaine EasyMile qui a été retenue pour mettre en place ses minibus de haute technologie.

Un mode de transport public innovant que les habitants de la métropole ont déjà pu tester lors de deux précédentes expérimentations. La première à Pibrac pour véhiculer les habitants en centre-ville, la seconde sur les allées Jules-Guesde.

Ce n’est pas le seul marché remporté par l'entreprise toulousaine. Celle-ci va aussi déployer ses navettes autonomes à Saint-Rémy-lès-Chevreuse pour relier la gare à un parking, mais aussi au Bois de Vincennes ou à Vichy.