Boom du marché de la glace: «Pour séduire les millenials, les nouveaux produits doivent être Instagramables»

INTERVIEW Timothée Arar-Jeantet, secrétaire général de l’Association des entreprises des glaces, analyse les bons chiffres du secteur dévoilés cette semaine

Propos recueillis par Romarik Le Dourneuf

— 

Selfie avec une glace
Selfie avec une glace — SIPA
  • L’association des entreprises de glace regroupe huit groupes de producteur de glace (dont Thiriet, Groupe Antilles Glace, Mars chocolat, etc.).
  • Le chiffre d’affaires de la glace en France a augmenté de 7 % en 2018
  • Cette progression est en grande partie due à l’innovation des producteurs, selon l’association.
  • Le prochain objectif du marché de la glace est de séduire les jeunes de moins de 35 ans

Un marché en grande forme. L’association des entreprises des glaces a publié ce lundi les chiffres de son marché en 2018. Tous les indicateurs sont aux verts, excepté la consommation par les moins de 35 ans. Timothée Arar-Jeantet, secrétaire général de l’association, revient sur les défis de ce secteur.

En quoi cette année 2018 a-t-elle été exceptionnelle pour la glace en France ?

Le marché a connu une augmentation de 7 % en volume par rapport à 2017. Ce chiffre est réparti entre la progression de 8,4 % en valeur et de 6,3 % en volume. L’étude du cabinet Nielsen indique que 84,7 % des foyers ont acheté de la glace au moins une fois dans l’année. Nous avons constaté un saut du chiffre d’affaires en 2018, en supermarché, nous avons vu un bond des glaces par rapport au surgelé salé. C’est la catégorie avec la plus forte croissance de la grande distribution.

Comment expliquer cette évolution ?

Les saisons douces que nous avons connues influent sûrement. Même si les températures ne sont pas très hautes, dès qu’il y a du soleil, les gens ont envie de se sentir en été, et cela passe par la glace. Les Français ont des modes de vie de plus en plus nomades, ils sont souvent au bureau ou à l’extérieur. On voit donc l’émergence de formats « minis » qui correspondent à une volonté de réduire les portions mais surtout de pouvoir déguster des choses de manière assez simple. Ils attendent également des produits axés sur le bien-être. Il y a une recherche de produits bio, vegan et des « sans » (sans OGM, sans gluten, etc.) Les consommateurs attendent également de la transparence sur l’origine des matières premières. Les gens sont également soucieux de leur pouvoir d’achat en cette période trouble. Ils font donc attention à leur consommation mais la glace est un produit de plaisir et les Français sont très sensibles à cette notion. La glace apporte un moment de détente très important pour eux.

Le bilan dévoilé par l’association des entreprises de glace indique que ce sont les innovations qui ont boosté ce marché : lesquelles en particulier ?

Nous avons vu émerger différents formats. Nous constatons une explosion des formats en cônes ou en bâtonnets et surtout du format mini dont le chiffre d’affaires progresse de 23 % en un an. Les formats « minis » correspondent à une volonté de réduire les portions mais surtout de pouvoir déguster des choses de manière assez simple. Les produits répondent aux attentes des consommateurs, d’où l’arrivée et le développement de produits avec de nouvelles textures, de nouveaux toppings ce qui est ajouté par-dessus la glace, comme la ganache, les éclats de noisettes, etc.] et de produits sains.

Les Français veulent des produits qui les surprennent, l’ultra-gourmandise reste prépondérante. Il y a donc des recherches sur la composition, le goût et qui illustre la richesse culturelle de notre pays. On découvre de multiples textures, crémeuses, semi-crémeuses, dures, de nouveaux mélanges comme du brownie dans de la crème glacée. L’innovation amène également à envisager la glace autrement, pas seulement comme un produit dédié à l’été mais comme un dessert à part entière qui se consomme peu importe la météo.

Ces innovations peuvent-elles viser à séduire de nouveaux publics ?

Traditionnellement, les seniors sont de gros consommateurs de glace, contrairement aux moins de 35 ans. Il y a donc un objectif de séduire les millenials. C’est pourquoi, les producteurs essaient de proposer de nouveaux produits « instagramables ». Cela commence par des packagings très impactants, l’association a déjà reçu beaucoup de retours très positifs à ce sujet. Par des jeux de couleurs, de textures, ils doivent avoir envie de partager cette expérience. C’est déjà une tendance de fond. Les glaces sont des produits qui peuvent se prêter à cela. Ils doivent avoir envie de montrer qu’ils sont les premiers à tester les nouveaux produits, de le partager avec leurs followers. La richesse et la diversité des formats de glaces permettent une panoplie que l’on doit retrouver sur les réseaux sociaux.