Retraites: Jean-Paul Delevoye attend «des clarifications» de la part du gouvernement

PENSIONS Ce proche d'Emmanuel Macron, responsable de la réforme des retraites, ne veut pas entendre parler d'un recul de l'âge légal du départ. Matignon affirme que rien n'a changé

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Paul Delevoye aux côtés d'Emmanuel Macron
Jean-Paul Delevoye aux côtés d'Emmanuel Macron — ERIC FEFERBERG / AFP

Le Haut-commissaire chargé de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, « attend une clarification » du gouvernement sur un éventuel recul de l’âge légal de départ à la retraite, a indiqué mardi son entourage, alors que le ministre des comptes publics Gérald Darmanin a posé à nouveau la question de cet âge.

« Il n’a pas pour autant posé d’ultimatum au gouvernement, mais si les engagements pris devant les partenaires sociaux concernant l’âge minimum étaient remis en cause, il en tirerait les conséquences », a indiqué cette source. Selon le Canard enchaîné daté de mercredi, il aurait déclaré à des proches : « Plutôt partir que faire ça ». Mercredi, Matignon a affirmé que le mandat de Jean-Paul Delevoye n’avait pas changé. « Nous ne travaillons pas » sur un allongement de la durée de cotisation, ont ajouté les services du Premier ministre.

Delevoye a dit avoir l’assurance du Premier ministre

Lundi, Gérald Darmanin avait affirmé « qu’indépendamment de la réforme Delevoye », « il y a une question de savoir si on fait une réforme d’âge ». « Je l’ai déjà dit. Indépendamment de la réforme Delevoye, je suis plutôt favorable ».

Le maintien de l’âge légal, fixé à 62 ans, a été « confirmé, tant par le Premier ministre (Edouard Philippe) que par la ministre de la Santé (Agnès Buzyn) » et « le contrat que nous avons engagé avec les partenaires sociaux ne change pas d’un iota », avait souligné le 21 mars Jean-Paul Delevoye sur France Inter. Il a toutefois reconnu qu’il y avait « une confusion autour de l’âge », après que le gouvernement a ouvert la porte à un allongement de la durée de travail pour financer la future réforme de la dépendance.