Dégradations de radars: La perte de recettes s’élèverait à 660 millions d’euros pour l’Etat

«GILETS JAUNES» Selon le gouvernement, les dégradations devraient laisser un trou de plus de 660 millions d’euros sur deux ans dans les caisses de l’Etat

20 Minutes avec agence

— 

Illustration de radars. 27/01/2011 Toulouse
Illustration de radars. 27/01/2011 Toulouse — Frédéric Scheiber/20MINUTES

Les dégradations de radars fixes ont explosé ces derniers mois. De nombreux appareils sont entièrement détruits ou mis hors service, et cela entraîne un important manque à gagner pour la collectivité.

Au total, la perte de recettes pour l’Etat s’élèverait à 660 millions d’euros sur deux ans (2018 et 2019), selon les chiffres du ministère de l’Economie relayés ce jeudi par Les Echos.

Des dégradations imputées aux « gilets jaunes »

Dans le détail, les pertes de recettes se sont élevées à 209 millions d’euros en 2018. Elles pourraient atteindre 455 millions d’euros en 2019, selon les estimations des Echos. Un montant qui ne prend pas en compte le coût des réparations des appareils.

La dégradation des radars a démarré en 2018 avec l’instauration de la limitation à 80 km/h sur le réseau secondaire et s’est accélérée avec le mouvement des « gilets jaunes ». Au 10 décembre, on recensait 250 radars détruits et plus de 1.500 actes de vandalisme, un record.

Hausse des morts sur les routes

Au-delà du volet financier, la multiplication des actes de vandalisme peut avoir des conséquences plus graves. En février, le nombre de morts sur les routes a bondi de 17,1 % par rapport à l’année précédente.

Une hausse significative qui serait directement liée aux destructions de radars, selon  Emmanuel Macron. En déplacement à Angers ce jeudi, le président a dénoncé « des comportements inadmissibles, dont les résultats sont immédiatement tangibles ».