Sarthe: L’entreprise Arjowiggins placée en liquidation judiciaire, 800 emplois concernés

JUSTICE Le tribunal de commerce de Nanterre a rendu sa décision concernant cette papeterie de la Sarthe

Julie Urbach

— 

Argowinggins a été placée en liquidation judiciaire le 29 mars 2019
Argowinggins a été placée en liquidation judiciaire le 29 mars 2019 — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
  • Faute de repreneur, la papeterie Arjowiggins sera placée en liquidation judiciaire, a-t-on appris ce vendredi
  • Les sites touchés sont ceux de Bessé-sur-Braye (Sarthe), qui emploie 580 personnes, et du Bourray, près du Mans (270 emplois)

La décision redoutée est tombée. Le tribunal de commerce de Nanterre a prononcé vendredi matin la liquidation judiciaire de la papeterie Arjowiggins Graphic, menaçant 800 salariés dans deux des trois usines de la Sarthe.

Les sites touchés sont ceux de Bessé-sur-Braye (Sarthe), qui emploie 580 personnes, et du Bourray, près du Mans (270 emplois). Pour ce deuxième site, "c'est une cession partielle (...) avec le licenciement de plus de 150 salariés", a indiqué Me Thomas Hollande, avocat des salariés. Quant à la troisième société de Greenfield à Château-Thierry (Aisne, 75 salariés), elle est entièrement reprise, selon la même source. 

Des centaines de salariés concernés

L’entreprise, qui avait été mise en vente par son propriétaire, le groupe Sequana, n’avait intéressé aucun candidat à une reprise. Plusieurs collectivités territoriales s’étaient pourtant engagées à investir la somme de 20 millions d’euros pour que l’activité de l’usine puisse perdurer. Mais il manquait un investisseur privé pour que le projet aboutisse.

« C’est un traumatisme pour tout un territoire », a réagi Christelle Morançais, présidente LR de la région des Pays de la Loire. « C’est un coup très dur, il va y avoir 600 personnes dans la région sans emploi et il n’y a rien dans le secteur, a indiqué à l’AFP Christine, employée à Bessé-sur-Braye depuis 35 ans. Il y a une heure de route minimum pour les grandes villes, Blois, Tours ou Le Mans. » Quelque 200 salariés se sont réunis devant l’usine, ce matin. Dans un communiqué, la région des Pays-de-la-Loire a assuré qu’elle répondra « aux besoins de formation et de mobilité des salariés afin qu’ils retrouvent un emploi dans les plus brefs délais. »