Bouches-du-Rhône: Des chauffeurs Uber victimes de piratage, une plainte déposée

TRANSPORTS Plusieurs chauffeurs Uber ont été victimes d’un piratage de leurs comptes. L’un d’eux a porté plainte pour « collecte par ruse des données bancaires »

Mathilde Ceilles

— 

Un déplacement avec un véhicule Uber s'effectue via l'application mobile.
Un déplacement avec un véhicule Uber s'effectue via l'application mobile. — Isopix/Sipa
  • Plusieurs chauffeurs Uber ont été victimes de piratage.
  • Un hacker est parvenu à changer le RIB de leur compte sur l’application, et ainsi percevoir leurs recettes.
  • Un chauffeur des Bouches-du-Rhône a porté plainte contre X.

Eric* ne décolère pas. Chauffeur Uber depuis trois ans et demi dans les Bouches-du-Rhône, ce père de famille âgé de 50 ans attendait, comme chaque semaine, le virement sur son compte bancaire, correspondant au montant de ses recettes générées par son activité. Mais les 1.571 euros de recettes hebdomadaires qu’il devait percevoir ce mardi n’ont jamais été versés. Eric fait en effet partie des dizaines de chauffeurs Uber en France récemment victimes de piratage​.

« A l’heure où on se parle, j’ai recensé entre 10 et 22 victimes, explique Brahim Ben Ali, porte-parole de l’intersyndicale nationale des VTC. Mais ça pourrait être beaucoup plus. Ces chauffeurs ont reçu un mail les invitant à cliquer sur un lien. Mais via ce lien, le hacker a accès aux données du chauffeur. »

Une plainte contre X

Un hacker est donc parvenu à pénétrer dans le compte Uber d’Eric, changer le RIB du chauffeur des Bouches-du-Rhône pour le remplacer par un autre, et ainsi percevoir le fruit de son travail. Le quinquagénaire a décidé de porter plainte contre X pour « collecte par ruse de données bancaires » « Je ne me plains pas, je gagne bien ma vie, mais je veux percevoir ma recette de la semaine dernière, et j’attends une réponse d’Uber, car il y a eu une faille dans la sécurité », explique-t-il.

« Nous attendons une clarification sur ce qui s’est passé, demande Brahim Ben Ali. Il y a visiblement une défaillance au sein d’Uber. Ce n’est pas la première fois que la société est liée à un piratage. » Les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont condamné en novembre dernier la plateforme américaine de réservation de voitures avec chauffeur à deux amendes d’un total de plus d’un million d’euros pour ne pas avoir divulgué un piratage de données personnelles.

Les chauffeurs demandent un dédommagement

« Nous demandons également à ce que les chauffeurs obtiennent un dédommagement rapide à hauteur du préjudice, poursuit Brahim Ben Ali. Pour chaque victime, cela représente entre 1.500 et 2.000 euros, ce qui est énorme. Nous avons eu un mail interne nous incitant à ne pas cliquer sur le lien, mais sinon, nous restons sans réponse. Or, les données se revendent très bien sur le marché noir. Nous envisageons de porter plainte contre Uber. »

Contactée, Uber rejette toute responsabilité dans ce piratage. « La sécurité des utilisateurs de l’application Uber est notre priorité, indique un porte-parole d’Uber. Après avoir été approchés directement par des fraudeurs, certains chauffeurs leur ont communiqué leur numéro de téléphone et ont ensuite été victimes de phishing. Nous avons envoyé un message à l’ensemble des chauffeurs partenaires pour les appeler à la plus grande vigilance concernant ce type de textos frauduleux. » Sans toutefois préciser si une indemnisation aura lieu, ni même l’ampleur de ce phénomène.

*Le prénom a été changé à la demande de l’intéressé.