Neuf paradis fiscaux notoires pourraient échapper totalement au listage de l'UE, s'inquiète Oxfam

EVASION FISCALE Neuf paradis fiscaux connus dont les Bahamas, Jersey et Panama pourraient sortir totalement du processus de listage de l’Union Européenne, selon l’ONG

20 Minutes avec agences

— 

Une enseigne de l'ONG Oxfam
Une enseigne de l'ONG Oxfam — ANDY BUCHANAN / AFP

L’organisation non gouvernementale Oxfam craint de voir neuf paradis fiscaux échapper à la liste noire de l' Union européenne​. Mardi 12 mars, les 28 ministres des Finances de l’UE se réuniront à Bruxelles pour actualiser leur liste noire, qui ne contient actuellement que cinq pays (Samoa, les Samoa américaines, les Îles Vierges américaines, Trinité-et-Tobago et Guam). Cette liste devrait, selon deux sources, être quelque peu étoffée de nouveaux pays, dont on ignore encore les noms.

Cependant, « les Bahamas, les Bermudes, les Îles Vierges britanniques, les Îles Caïmans, Guernesey, Hong Kong, l’Île de Man, Jersey et Panama vont probablement sortir totalement du processus de listage de l’UE », s’insurge Oxfam ce jeudi.

Une liste noire réduite

Ces pays se trouvent actuellement sur la liste dite « grise » où figurent 63 paradis fiscaux. Elle regroupe ceux ayant pris des engagements de bonne conduite en matière fiscale et qui font l’objet d’un suivi. Pourtant, certains sont au centre de récents scandales, révélés par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), dans les « Paradise Papers » en novembre 2017 et les « Panama Papers » en 2016, s’insurge Oxfam.

La liste noire de l’UE, adoptée le 5 décembre 2017, contenait au départ 17 pays. Mais elle avait déjà été réduite de moitié le 23 janvier 2018, huit pays, dont le Panama, ayant fourni des engagements de bonne conduite et passant sur la liste grise. Cette décision avait provoqué l’indignation de nombreuses ONG.