Perquisition dans les locaux d'Alstom

SUISSE L'enquête porte sur une affaire de corruption et de blanchiment d’argent. Un ancien dirigeant a été arrêté...

Sa. C. avec agence

— 

La justice fédérale brésilienne a ouvert une enquête pour évasion fiscale et blanchiment d'argent présumés à Sao Paulo concernant le groupe industriel français Alstom, a indiqué vendredi le parquet.
La justice fédérale brésilienne a ouvert une enquête pour évasion fiscale et blanchiment d'argent présumés à Sao Paulo concernant le groupe industriel français Alstom, a indiqué vendredi le parquet. — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

La justice suisse sur le point de rattraper Alstom. Plusieurs sites du groupe en Suisse ont été perquisitionnés jeudi dans le cadre d'une enquête pour corruption et blanchiment d'argent, a annoncé vendredi la justice helvétique. Un ancien dirigeant, dont l'identité n'a pas été révélée, a même été arrêté. Il est soupçonné de gestion déloyale, de corruption et de blanchiment d'argent, a indiqué le ministère public de la Confédération (MPC, Parquet).
 
Des officiers de police français ont participé à l'opération qui a mobilisé 50 agents, a précisé le MPC. «Les constatations faites dans le cadre de la présente enquête de police judiciaire laissent présumer que l’affaire pourrait être étendue», estime la justice helvétique qui a mis en place un numéro de téléphone spécial auprès de l’Office fédéral de la police pour recueillir des «informations susceptibles de contribuer à l’avancement des recherches».
 
Pots-de-vin
 
Les perquisitions ont été menées jeudi dans des sites du groupe Alstom, à Baden (canton d'Argovie), dans la région zurichoise et en Suisse centrale. Selon le Parquet, «des paiements ont été effectués, à des fins de corruption, par l’intermédiaire de l’Alstom Prom AG sise à Baden; ces montants auraient été versés, par d’autres sociétés du Groupe Alstom, à des fonctionnaires ou à des responsables de divers pays dans des cas déterminés d’adjudication de marchés».
 
D'autres personnes se situant «dans la mouvance du groupe Alstom» sont aussi dans le collimateur de la justice, a indiqué le MPC.
 
Le groupe industriel français, qui emploie plus de 5.000 personnes en Suisse, est depuis plusieurs mois dans le collimateur de la justice suisse. Spécialisé notamment dans les transports (TGV etc.) et l'énergie, Alstom est soupçonné d'avoir versé «plusieurs millions de dollars» de pots-de-vin pour obtenir des contrats en Asie et en Amérique du Sud entre 1995 et 2003. Pour Patrick Kron, l’actuel PDG d’Alstom, il s’agit de «vieilles affaires» dans lesquelles il nie être impliqué.