Consommation : Les Français boivent de moins en moins de vin

ALCOOL Avec une consommation de vin qui a chuté de plus de 20 % en moins de vingt ans, la France a cédé sa première place aux Etats-Unis

20 Minutes avec agences

— 

Les Français consomment de moins en moins de vin (illustration).
Les Français consomment de moins en moins de vin (illustration). — Sipa

En 2000, la France était championne du monde de la consommation de vin. Mais en moins de 20 ans, celle-ci a chuté de plus de 20 %, selon les statistiques de l’Organisation internationale du vin (OIV).

En moyenne en 2016, chaque Français d’âge adulte a absorbé 51,2 litres de vin, avec ou sans bulles, contre 71,5 litres en 2000. Cela représente une baisse de 28,4 %.

 

Les Etats-Unis en tête en volumes

Au niveau des volumes, la consommation de vin de la France s’est réduite à 27 millions d’hectolitres en 2017 contre 34,5 millions en 2000, soit un recul de 21,7 %. La première place revient désormais aux Américains. A partir de 2011, les Etats-Unis sont ainsi devenus le plus grand consommateur mondial, avec 32,6 millions d’hectolitres de vin en 2017 contre 21,2 millions en 2000 (+ 53 %).

Toutefois, en observant la consommation par habitant, les Américains sont loin derrière les Européens avec 12,1 litres par an. Au niveau mondial, la France est légèrement devancée par le Portugal qui tient la première place avec 51,4 litres absorbés par habitant en 2016. Suivent les Italiens (43,6 litres), les Allemands (28,3 litres) ou encore les Espagnols (24,1 litres).

« Une tendance longue de baisse »

« La France est sur une tendance longue de baisse de consommation en volume de toutes les boissons alcoolisées » souligne Alexis Capitan, directeur général de l’association « Avec modération », soutenue par la profession. La qualité remplace la quantité. Ainsi « le phénomène de montée en gamme de la consommation de vin observé ces dernières années – moins mais mieux – est toujours d’actualité », selon lui.

Le budget annuel consacré aux achats de boissons alcoolisées reste ferme, à 325,3 euros en 2017, soit seulement 4,8 euros de moins qu’en 2016, mais 24 euros de plus qu’il y a dix ans, selon la société d’études Kantar Worldpanel.