Bioraffinerie de la Mède: Face à la suppression de l’avantage fiscal, le PDG de Total met en avant les 1.000 emplois

EMPLOI Face à la suppression de l’avantage fiscal voté par les députés en décembre, le PDG de Total Patrick Pouyanné met en avant les 1.000 emplois sur le bassin de Marseille

20 Minutes avec AFP

— 

La raffinerie Total de La Mède (Bouches-du-Rhône), le 16 avril 2015
La raffinerie Total de La Mède (Bouches-du-Rhône), le 16 avril 2015 — BERTRAND LANGLOIS AFP

Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, a souligné dimanche que le projet de production de biocarburants à partir d' huile de palme dans la raffinerie de La Mède ( Bouches-du-Rhône), menacé par un changement de la fiscalité, représentait « 1.000 emplois directs et indirects ». Les députés ont supprimé à la mi-décembre l’avantage fiscal dont pouvaient bénéficier les biocarburants à base d’huile de palme, ce qui menacerait la viabilité de la bioraffinerie de La Mède, selon Total.

« Nous décidons d’investir en France pour transformer une raffinerie qui a le mauvais goût de faire de l’essence et du diesel en bioraffinerie pour faire des biocarburants », a-t-il fait valoir à l’occasion du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, en notant que le diesel serait banni en 2040-2050.

Un projet « exemplaire »

« Ce combat, je le mènerai jusqu’au bout, y compris avec les parlementaires », a affirmé le PDG. « Il y a quand même 1.000 emplois directs et indirects sur le bassin de Marseille ». Le projet de La Mède est « exemplaire » et « en plein dans la transition énergétique », a affirmé Patrick Pouyanné.

Le PDG de Total a souhaité « que les règles européennes s’appliquent également à la France ». Bruxelles « a émis cette semaine des règles qui disent à quelles conditions utiliser l’huile de palme en Europe. On aura dix ans pour en sortir, en acceptant de l’huile de palme responsable », a-t-il expliqué.