Nantes: Après 50 ans sur l’île de Nantes, le MIN démarre son déménagement géant

ECONOMIE Le marché de gros de Nantes et sa centaine d'entreprises va être transféré porte de Rezé...

Julie Urbach

— 

NANTES, le 05/07/2012 Le MIN  marche d interet national
NANTES, le 05/07/2012 Le MIN marche d interet national — FABRICE ELSNER/20 MINUTES
  • Le transfert du MIN de Nantes, qui démarre ce week-end, va se dérouler pendant un mois.
  • Situé porte de Rezé, le nouveau site ultra-moderne a nécessité près de deux ans de chantier, et un investissement de 150 millions d'euros.

Près de cinquante ans après son installation sur l’île de Nantes, le moment est arrivé pour le marché d’intérêt national. Depuis vendredi, les employés du magasin Promocash sont à pied d’œuvre pour vider les rayons, charger les camions, dans l’objectif d’accueillir leurs clients sur le nouveau site, dès mardi matin.

Ce déménagement XXL, qui concerne une centaine d’autres grossistes et producteurs locaux de fruits et légumes, produits de la mer ou fleurs, va se poursuivre tous les week-ends jusqu’à la fin du mois de février. Avant que le deuxième plus gros MIN de France, derrière Rungis, ne poursuive son histoire porte Rezé dans un équipement flambant neuf, qui a nécessité près de deux ans de chantier et un investissement de 150 millions euros.

« Il a fallu échelonner pour que tout le monde n’arrive pas en même temps, détaille Yannick Taché, le directeur. Le transfert du MIN, c’est comme un grand village qu’il faut déménager. On a hâte, tout en étant un peu tendus. On espère que tout va bien se passer. » Après le départ de Promocash, ce sera au tour de la grande halle dédiée aux fruits et légumes (60 % du MIN) de faire ses valises, vendredi. Ou plutôt ses palettes. « On en a plus de 300 à transporter, calcule-t-on chez Apypom. Avec nos sept petits camions, on espère que ça va le faire. » D’ici là, il faut effectuer les derniers branchements, rassembler les archives et le mobilier, terminer les inventaires, et surtout réfléchir à une nouvelle organisation.

Un lieu ultra moderne

Contraintes de déménager pour libérer l’espace pour le futur CHU, les entreprises ont été dédommagées à hauteur de 15 millions d’euros. Si certaines y sont d’abord allées à reculons, dit-on, « elles ont petit à petit été séduites par le bel outil que l’on nous propose », assure Yannick Taché. « Il fallait qu’on parte car ça devenait trop petit, abonde Rémy Fontaine, de l’entreprise Bouyer Guindon. C’était devenu un labyrinthe pour accéder à nos frigos ! »

Vue aérienne du futur MIN de Nantes.
Vue aérienne du futur MIN de Nantes. - Giudice

Dans ce nouvel écrin ultra moderne, finis les problèmes d’exiguïté ou de courants d’air. Le nouvel équipement, promet des cellules plus grandes, couvertes et des facilités de stationnement. Un « vaisseau amiral » à la charpente de bois accueillera les producteurs de fruits et légumes, tandis qu’un autre bâtiment permettra à la filière bio de prendre de l’ampleur. Directement accessible depuis le périphérique, il hébergera aussi la plus grande toiture photovoltaïque de l’Ouest.

« Ça va faire drôle, confie Jérôme Vallet, de la société Min Fruit, sur le MIN depuis 30 ans. On espère que les gens vont être curieux et que ça va nous faire venir de nouveaux clients de Rennes ou d’Angers. Comparé au lieu actuel, vétuste, il y aura davantage de confort, c’est sûr. Mais le MIN ne risque-t-il pas de perdre un peu de son charme ? »