La Société générale est plombée par la crise

ECONOMIE Son bénéfice chute de 63% au 2ème trimestre...

Avec Agence

— 

La hiérarchie de Jérôme Kerviel, le trader de la Société Générale soupçonné de falsifications qui ont fait perdre près de cinq milliards d'euros à la banque française, a été "défaillante dans la supervision de ses activités", révèle le rapport interne publié vendredi.
La hiérarchie de Jérôme Kerviel, le trader de la Société Générale soupçonné de falsifications qui ont fait perdre près de cinq milliards d'euros à la banque française, a été "défaillante dans la supervision de ses activités", révèle le rapport interne publié vendredi. — Joel Saget AFP/archives
La Société générale a vu son bénéfice chuter de 63% au deuxième trimestre, plombé par la crise financière «d'une ampleur exceptionnelle» qui a une nouvelle fois fait souffrir les activités de marché de la banque française, a-t-elle indiqué dans un communiqué publié mardi. Le bénéfice net de la banque s'est établi à 644 millions d'euros au deuxième trimestre 2008 contre 1,744 milliard un an plus tôt.

Sur les six premiers mois de l'année, la banque a réalisé un profit de 1,74 milliard d'euros, amputé presque de moitié par rapport à la même période de 2007. Le produit net bancaire de la banque (PNB, équivalent de la valeur ajoutée pour les banques) a pour sa part reculé de 15,7% à 5,58 milliards d'euros.

La crise du «subprime» a coûté 4,9 milliards d'euros

La banque a dû une nouvelle fois revoir à la baisse la valeur de son portefeuille d'actifs liés aux crédits immobiliers américains à risque («subprime»). Ces titres ont encore perdu 575 millions d'euros sur le trimestre, soit moins que sur les trimestres précédents. Au total, la crise du «subprime» a coûté 4,9 milliards d'euros à la banque depuis un an.

L'impact des turbulences sur les marchés financiers se reflète aussi dans les résultats de SG CIB, la filiale de banque de financement et d'investissement du groupe Société Générale. Autrefois principale source de profits du groupe, cette dernière a subi une perte de 186 millions d'euros au deuxième trimestre, là où elle avait réalisé un gain de 721 millions un an plus tôt.

Les effets de l’affaire Kerviel se font sentir

Côté banque de détail (à destination notamment des particuliers), l'activité donne des signes de faiblesse. Le PNB des agences françaises a ainsi reculé de 2% à 1,75 milliard d'euros sur le trimestre.

Les effets de l'affaire Kerviel, du nom du trader accusé d'avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à la banque, commencent par ailleurs à se faire sentir sur la clientèle. La banque n'a ainsi ouvert que 23.100 nouveaux comptes en France au deuxième trimestre, contre 45.400 à la même période de l'an dernier.

L'assistant de Jérôme Kerviel, Thomas Mougard, a été mis en examen vendredi pour «complicité d'introduction frauduleuse de données dans un système informatique».