Qu'est-ce que l'OMC et le cycle Doha?

DECRYPTAGE Pour tout comprendre sur les négociations qui viennent de s'ouvrir à Genève...

C. F.

— 

Le directeur de l'OMC, Pascal Lamy (D), ouvre les négociations à Genève (Suisse) le 21 juillet 2008, à côté de l'ambassadeur australien auprès de l'OMC, Bruce Gosper
Le directeur de l'OMC, Pascal Lamy (D), ouvre les négociations à Genève (Suisse) le 21 juillet 2008, à côté de l'ambassadeur australien auprès de l'OMC, Bruce Gosper — REUTERS/Denis Balibouse

Pour comprendre l'enjeu des négociations économiques qui viennent de s'ouvrir à Genève entre 35 pays, 20minutes.fr fait le point sur le rôle de l'Organisation mondiale du commerce et le cycle de Doha entamé en 2001.

Qu'est-ce que l'OMC? L'Organisation mondiale du commerce (World Trade Organization, WTO) a été créée en 1995 afin d'établir les règles régissant le commerce international entre les 152 pays qui en sont désormais membres. Le but est de faciliter le libre-échange entre les producteurs de marchandises et de services, les exportateurs et les importateurs. L’OMC compte aussi des observateurs, qui peuvent être des Etats en cours d'adhésion et des organisations internationales (FMI, Banque mondiale, etc.). Son siège est à Genève (Suisse) et son directeur général est le Français Pascal Lamy, en responsabilité pour quatre ans.

Qu'est-ce que le cycle de Doha? Lors de la 4e conférence interministérielle de l'OMC, à Doha (Qatar) en 2001, les pays membres ont lancé un nouveau cycle de négociations multilatérales, baptisé «le cycle du développement». Objectif: améliorer l'accès des pays en développement aux marchés des pays riches, notamment en ce qui concerne les produits agricoles. Prévu pour durer trois ans, ce cycle accumule quatre ans de retard, les pays du Nord et du Sud ne parvenant pas à se mettre d'accord sur les modalités de la libéralisation de l'agriculture.

Quel est l'objectif des négociations de Genève?
Relancer le cycle de Doha, officiellement suspendu le 28 juillet 2006. La tâche s'annonce difficile: en échange d'une baisse de leurs subventions agricoles, les pays du Nord exigent des pays émergents qu'ils ouvrent davantage leurs frontières à leurs produits industriels. Mais ces derniers estiment que les subventions accordées par les pays riches à leurs agriculteurs sont toujours trop importantes. En réponse, l'Union européenne a tout de même fait savoir ce lundi qu'elle était prête à abaisser ses droits de douane agricoles de 60% en moyenne, contre 54% proposés précédemment. Une initiative importante.

Pourquoi l'OMC parle de la réunion de la dernière chance?
Dans un contexte de hausse des prix des denrées alimentaires et de crise économique, l'OMC considère qu'il y a urgence à fixer des règles favorisant la libéralisation du commerce mondial, avec plus d'équilibre entre le Nord et le Sud. Il n'y a pas d'«incitation plus efficace en faveur de notre action que les menaces qui pèsent sur l'économie mondiale dans plusieurs domaines, y compris la hausse des prix des produits alimentaires et des prix de l'énergie et les turbulences qui agitent les marchés financiers», déclarait pascal Lamy à l'ouverture des négociations. Par ailleurs, le Français sait que la «fenêtre d'opportunité» pour un accord pourrait se refermer avec une future administration démocrate aux Etats-Unis.