Gironde: La Poste investit 30 millions d'euros pour une nouvelle plateforme Colissimo

INFRASTRUCTURES Cette nouvelle plateforme de traitement des Colissimo ouvira en 2021 à Cadaujac, et remplacera la plateforme de Bègles...

Mickaël Bosredon

— 

Image de synthèse du projet de nouvelle plateforme de traitement des colissimo en Gironde, à Cadaujac
Image de synthèse du projet de nouvelle plateforme de traitement des colissimo en Gironde, à Cadaujac — La Poste
  • La nouvelle plateforme pourra traiter jusqu'à 13.000 colis par heure.
  • L'actuelle plateforme de Bègles restera dans le giron du groupe La Poste.

La Poste vient d’annoncer ce jeudi qu’elle va investir 30 millions d’euros dans le département de la Gironde pour une nouvelle plateforme de traitement des Colissimo du sud-ouest à Cadaujac. « Elle remplacera l’actuelle plateforme de Bègles dont les capacités de traitement sont devenues trop limitées pour absorber la croissance des volumes. Equipée des dernières technologies de tri, elle fera partie des plateformes « nouvelle génération » déployées par Colissimo en France. »

Les travaux débuteront fin 2019, et la plateforme devrait ouvrir fin 2021. Le projet est piloté par Poste Immo, filiale immobilière du Groupe La Poste. Un permis de construire, déposé par le promoteur AGC (Atlantique Gascogne Constructions), est en cours d’instruction par la mairie de Cadaujac. « L’actuelle plateforme de Bègles restera dans le giron du Groupe La Poste. Une réflexion est engagée avec les partenaires locaux autour du devenir de ce site, en faveur de la logistique urbaine. »

Un trieur de dernière génération

Cette nouvelle plateforme disposera d’un trieur « de dernière génération » capable de traiter jusqu’à 13.000 colis par heure. « L’ensemble du matériel sera modernisé : convoyeur, système d’information pour un meilleur traitement et une meilleure information client… et permettra de faciliter l’ensemble des activités. »

Elle intégrera également une activité de distribution en complément des sites postaux déjà existants « afin d’absorber une partie de la croissance du trafic colis au sud de Bordeaux, en lien avec le développement de la population bordelaise. »