Airbus affiche 747 commandes au compteur en 2018, en nette baisse comparé à 2017

AERONAUTIQUE L'avionneur européen a présenté mercredi ses chiffres de commandes et livraisons pour l'année 2018...

B.C.

— 

La flotte d'avions de l'avionneur européen Airbus.
La flotte d'avions de l'avionneur européen Airbus. — Airbus

Lorsqu’on dit 747 dans le monde aéronautique, on pense tout de suite Boeing. Mais ce mercredi, ce chiffre était mis en avant par son concurrent européen. C’est le nombre de commandes nettes enregistrées l’an dernier par Airbus.

Alors qu’il présentait fin novembre un carnet avec seulement 380 appareils au compteur, les dernières semaines de l’année, l’avionneur a remonté la pente. En décembre, il a annoncé une série de grosses commandes​ lui permettant d’arriver à 747 appareils en soute, en baisse comparé à l’année 2017 et ses 1.109 commandes.

Sans compter que l’an passé le chiffre d’Airbus ne comprenait pas d’A220, ces ex-Bombardier CSeries qui ont fait leur entrée dans la gamme en juillet dernier, après le rapprochement d’Airbus et de l’avionneur canadien.

Dans la course qui l’oppose à Boeing, c’est l’Américain qui l’emporte donc avec 893 commandes nettes pour l’ensemble de l’année. Et sur le terrain des livraisons, il a aussi une petite longueur d’avance avec ses 806 appareils livrés, contre 800 pour Airbus, un chiffre atteint encore grâce aux A220.

Plus de neuf ans de production assurés

Côte commandes, l’avionneur européen connaît donc un trou d’air, notamment lorsqu’on compare l’année 2018 aux années 2013 et 2014 où le carnet de commandes était presque doublé.

Mais le travail ne viendra pas à manquer pour autant dans les usines d’assemblage. Au total, 7.577 avions restent à produire pour satisfaire le stock de commandes, soit plus de neuf années de travail assurées.