Rêver du travail: «Il y a une sorte de combat, de lutte intérieure qui se traduit jusque dans les rêves»

INTERVIEW Un film explore cette partie cachée du monde du travail…

Nicolas Raffin

— 

Le quartier de la Défense, près de Paris.
Le quartier de la Défense, près de Paris. — M.ASTAR/SIPA
  • Le film « Rêver sous le capitalisme » vient de sortir en salles.
  • Plusieurs personnes viennent raconter leurs rêves en lien avec leur métier.
  • Pour le psychiatre Christophe Dejours, rêver permet de s’adapter aux demandes formulées dans le cadre du travail.

Françoise a été surprise. Du jour au lendemain, son patron est parti pour Haïti avec sa femme et ses enfants, mettant en péril l’avenir du cabinet immobilier où elle travaillait. Heureusement pour Françoise, il ne s’agissait que d’un rêve. Mais son expérience montre à quel point le travail est central dans nos sociétés et s’immisce jusque dans notre sommeil.

C’est pour explorer cette face cachée de l’influence du travail que Sophie Bruneau a réalisé « Rêver sous le capitalisme ». Actuellement en salles*, le film laisse la parole à plusieurs personnes qui racontent un rêve lié au travail et la façon dont ils l’interprètent. Chaque projection est suivie d’un débat, pour poursuivre la réflexion. Le psychiatre et psychanalyste Christophe Dejours**, qui va animer plusieurs séances avec son équipe, analyse pour 20 Minutes le sens de ces rêves.

Pourquoi rêve-t-on de son travail ?

Il y a un toujours un écart entre ce qu’on appelle « l’organisation prescrite » du travail et son organisation « effective ». Même si les règles et les prescriptions sont très rigoureuses, les travailleurs ne respectent jamais totalement les consignes. Ils trichent pour que ça marche. Si tous ceux qui travaillent étaient parfaitement obéissants, aucun atelier, aucune institution, ne fonctionnerait.

Pour les travailleurs, il faut donc inventer en permanence pour surmonter les imprévus, voire les anticiper. C’est une forme d’intelligence, qui se déploie même lorsqu’on n’est pas à son poste. Par exemple, une infirmière va penser à ses patients même quand elle n’est pas à l’hôpital. Le rêve est un moment très important de ce processus, parce qu’il transforme l’individu. Le rêve, c’est l’instrument par lequel se forment les nouvelles habiletés qui vont nous servir dans notre métier. Travailler ce n’est pas seulement produire, c’est se transformer soi-même. Et le rêve est l’agent de transformation le plus profond qui soit.

Comment interpréter ces rêves ?

Ce que montre le film, c’est qu’une des choses les plus difficiles à maîtriser au travail, c’est le rapport à la domination et à l’injustice. Il y a une sorte de combat, de lutte intérieure qui se traduit jusque dans les rêves.

Le rêve est donc une manière de réfléchir à son rapport au travail, même s’il est rare qu’il apporte directement une solution toute faite. Les rêves présentés dans le film montrent toute la difficulté de s’en servir concrètement. On « bute » sur le rêve : tant que vous n’avez pas réussi à surmonter les choses, le rêve va se répéter.

En quoi le capitalisme influence-t-il nos rêves ?

Le capitalisme ne nous définit pas intégralement et ne définit pas nos rêves. Mais il nous impose à tous de nous débattre, de nous confronter à la question de la domination. Même quand vous êtes cadre ou directeur général, vous avez toujours un conseil d’administration au-dessus de vous…

Ce qui ressort du film de Sophie Bruneau, c’est que cette domination n’est pas abstraite. Elle se matérialise toujours, dans les rêves, à travers des situations de travail concrètes. Ces scénarios reflètent les nouvelles formes d’organisation du travail, où les gestionnaires ont pris le pouvoir avec l’introduction de technique comme l’évaluation individualisée.

*Projeté depuis le 12 décembre à l’espace Saint-Michel, à Paris (5e arrondissement)

**Auteur de « Le choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité » (2015)