Cannes: La ville va expérimenter la voiture à 2 euros par jour pour aider les ex-chômeurs

EMPLOI La mairie va proposer un service de location à ceux qui viennent de retrouver du travail…

Fabien Binacchi
— 
James Mathé et David Lisnard devant le premier véhicule qui sera loué
James Mathé et David Lisnard devant le premier véhicule qui sera loué — F. Binacchi / ANP / 20 minutes
  • La ville de Cannes explique avoir reçu « des doléances de Cannois obligés de refuser un contrat parce qu’ils n’avaient pas les ressources pour financer un moyen de locomotion pour se rendre sur le lieu de leur travail ».
  • La mairie va donc lancer une expérimentation pour la location de véhicules à 2 euros par jour en partenariat avec l’association Les autos du cœur.
  • La location sera proposée sous conditions et avec une option d’achat.

Une voiture en état de marche pour 2 € par jour… C’est ce que compte proposer la ville de Cannes, dès janvier, à des administrés au chômage et sur le chemin du retour à l’emploi. Une initiative que le maire de Cannes promet avoir lancé avant la naissance du mouvement des « gilets jaunes ».

« Nous avions déjà reçu des doléances de Cannois obligés de refuser un contrat parce qu’ils n’avaient pas les ressources pour financer un moyen de locomotion pour se rendre sur le lieu de leur travail », a relevé David Lisnard (LR), qui présentait un partenariat avec Les autos du cœur mercredi.

Location avec option d’achat

Concrètement, le temps d’une expérimentation, cette association va mettre cinq véhicules à la disposition de la mairie (moyennant une subvention de 1.000 euros), qui seront loués (assurance non comprise) avec option d’achat à des administrés.

Ces derniers devront respecter certains critères : être domicilié à Cannes, ne pas avoir de voiture et ne pas pouvoir utiliser les transports en commun pour leur trajet domicile-travail mais aussi avoir des revenus inférieurs à 2.000 euros bruts par mois. Les véhicules sont « en fait des dons reçus avec défiscalisation », explique le président des Autos du cœur James Mathé. « Nous les remettons en état de marche dans des garages », explique le responsable.

Vendue à « un tarif social inférieur à sa valeur sur le marché »

L’initiative, qui sera soumise au vote du conseil municipal lundi, prévoit que le bénéficiaire puisse acquérir le véhicule à « un tarif social inférieur à sa valeur sur le marché », « si le contrat de travail est confirmé à l’issue de la période d’essai », précise la ville. Soit moins de 2.000 euros en fonction des modèles.

Cette idée, imaginée « pour améliorer le pouvoir d’achat », pourrait concerner plus de véhicules si le test se révèle concluant. Les candidatures sont ouvertes au 04 93 06 32 04.