«Gilets jaunes»: La France va perdre 0,1 point de croissance au 4e trimestre, selon Bruno Le Maire

ESTIMATIONS De son côté, la Banque de France a divisé par deux, à 0,2 % contre 0,4 % précédemment, le taux de croissance du PIB français…

20 Minutes avec AFP

— 

Samedi 24 novembre, des débordements ont émaillé la manifestation des gilets jaunes à Paris, notamment dans le secteur des Champs-Elysées.
Samedi 24 novembre, des débordements ont émaillé la manifestation des gilets jaunes à Paris, notamment dans le secteur des Champs-Elysées. — H.Sergent/20Minutes

Les troubles liés aux manifestations des « gilets jaunes » feront perdre 0,1 point de croissance à la France sur le dernier trimestre de cette année, a estimé lundi le ministre des Finances, Bruno Le Maire, qui a refusé de revoir pour l’instant à la baisse l’objectif annuel du gouvernement.

« Je pense que les événements actuels devraient nous faire perdre 0,1 point de croissance de notre richesse nationale au dernier trimestre », a affirmé le ministre sur RTL, refusant néanmoins de revoir pour l’instant à la baisse la croissance pour l’ensemble de l’année, attendue à 1,7 % par le gouvernement.

« Je vois l’impact que cela a sur l’étranger et cela n’est pas bon pour l’attractivité »

« Ce n’est pas rattrapable », a reconnu Bruno Le Maire. « C’est la réalité. Celle des commerçants, des indépendants, qui ont vu leurs magasins samedi abîmés, vandalisés, pillés », a-t-il affirmé. « C’est aussi la réalité des investisseurs étrangers qui nous regardent (…). Je vois l’impact que cela a sur l’étranger et cela n’est pas bon pour l’attractivité de notre pays », a-t-il souligné.

De son côté, peu de temps après les déclarations du ministre, la Banque de France a divisé par deux, à 0,2 % contre 0,4 % précédemment, le taux de croissance du PIB français qu’elle prévoit pour le quatrième trimestre. Interrogé sur l’intervention dans laquelle Emmanuel Macron​ doit s’adresser aux Français, ce lundi, le ministre de l’Economie s’est dit « convaincu que le président saura trouver les mots justes. Ce qui compte le plus aujourd’hui, c’est de trouver des mots qui apaisent », a-t-il affirmé.