Montpellier : Pourquoi Asics abandonne son projet de plate-forme logistique à l'aéroport

ECONOMIE L’équipementier sportif pointe du doigt des retards sur la livraison du bâtiment…

Nicolas Bonzom

— 

La plate-forme d'Asics ne s'installera finalement pas à Montpellier.
La plate-forme d'Asics ne s'installera finalement pas à Montpellier. — Ian Tuttle/Shutterstock/SIPA
  • Asics abandonne son projet de plate-forme logistique à l’aéroport de Montpellier.
  • En cause, des retards dans la livraison du bâtiment, indique l’entreprise.
  • L’équipementier annoncera le nouveau site choisi en janvier prochain.

En décembre 2017, Asics annonçait en grande pompe son intention d’implanter une plate-forme logistique ultra-moderne de 38.000 m2 sur le site de l’aéroport de Montpellier. A la clé, plusieurs dizaines d’emplois. Mais un an plus tard, patatras. L’équipementier sportif, dont le siège social français est installé dans l’Hérault depuis de longues années, abandonne son méga-projet.

« Asics a été obligé de réfléchir à un nouvel emplacement pour l’installation de sa plate-forme en raison de retards importants observés tout au long du processus de planification de la construction, indique l’entreprise. Ces retards répétés ont une incidence sur la date de livraison prévue et rendent incertaine la date de livraison finale, initialement prévue pour février 2019 (…) Pour éviter toute perturbation auprès de ses partenaires, consommateurs et employés, Asics a dû rechercher un autre site. »

La faute à l’outarde canepetière

Concernant le bâtiment qui devait accueillir l’entreprise, la fin des procédures administratives est prévue pour début mars, avant le lancement du chantier mi-mars, et une livraison avant la fin de l’année 2019. Et avec ou sans Asics, le projet se fera. Selon nos informations, d’autres sociétés seraient en pourparlers pour s’y installer, avec, là encore, des créations d’emplois.

Si le chantier a pris un peu de retard, c’est notamment à cause de l’outarde canepetière, un oiseau au corps brun et marron et au cou noir et blanc, qui raffole des prairies de l’aéroport. Selon nos informations, des terres agricoles en friche de compensation ont été trouvées pour abriter cette espèce protégée, qui est menacée d’extinction.

Le nouveau site d’Asics annoncé en janvier

« Un volatile a eu symboliquement raison du développement économique », confie Stephan Rossignol (LR), président de l’agglomération du Pays de l’Or, qui évoque une annonce « regrettable », rappelant « l’union sacrée » entre les collectivités pour permettre l’installation du géant du sport. « Si je déplore les lourdeurs réglementaires qui ont freiné l’installation, alors que l’emploi est une priorité, je continuerai à me battre pour que le secteur de l’aéroport puisse continuer à accueillir de nouvelles entreprises. »

Asics, de son côté, recherche un nouveau site pour implanter sa plate-forme, qui doit distribuer ses produits dans les pays du sud de l’Europe. L’équipementier sportif, qui révélera son choix quant au nouvel emplacement début janvier, assure qu’il reste « attaché à la région Occitanie ». Si rien n’a été officialisé, des locaux situés à Garons, près de Nîmes, dans le Gard, pourraient faire office de solution de repli.