Dépenses, découvert... Ce calcul sur le coût de la vie d'un «gilet jaune» est-il exact?

FAKE OFF Un post Facebook dénonce le coût de la vie pour un « gilet jaune » qui gagne 1.200 euros par mois avec une famille à charge...

Alexis Orsini

— 

Le post Facebook sur les dépenses d'un « gilet jaune »
Le post Facebook sur les dépenses d'un « gilet jaune » — capture d'écran

Edit du 5 décembre 2018 : Nous avons supprimé les montants d'aides initialement indiqués dans l'article, certains ayant été cités à tort alors que le manque d'informations sur la situation familiale exacte du « gilet jaune » en question ne permet pas d'entrer dans le détail.

A quoi ressemble la « vraie réalité » d’un « gilet jaune » qui gagne 1.200 euros par mois ? C’est ce qu’entend démontrer un post Facebook qui compile les différentes dépenses à déduire d’un tel salaire.

Le texte détaille les différents frais à la charge de ce « gilet jaune » de référence : 610 euros de loyer, 139 euros « d’EDF », 180 euros d’essence, 600 euros de nourriture pour « 4 personnes »…

Au terme de ce décompte, selon les calculs réalisés, cette personne se retrouverait « avec un découvert de 873 euros tous les mois ».

FAKE OFF

« Ce décompte est surprenant puisqu’il semble dire que 4 personnes, parmi lesquelles on trouve probablement des enfants, vivent sur un seul salaire sans la moindre allocation, comme la prime d’activité : or, elles devraient être prises en compte dans cette liste » indique Sandra Hoibian, directrice du Pôle Evaluation et société au sein du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de Vie (CRÉDOC).

« Pourtant, on n’y trouve aucune entrée de prestation sociale. 1.200 euros seulement pour 4 personnes, c’est impossible, même si certaines allocations sont automatiques et que d’autres doivent être sollicitées, ce qui entraîne beaucoup de non recours, c’est-à-dire des personnes qui ne les demandent pas car elles ne savent pas qu’elles existent ou jugent que c’est stigmatisant » poursuit-elle.

Le post se montre en outre assez vague puisqu’on ignore s’il fait référence à un couple avec deux enfants – ce qui nécessiterait d’ajouter les ressources du ou de la conjoint(e) – ou à un parent seul avec trois enfants.

A supposer qu'il s'agisse de ce dernier cas de figure, en prenant l’exemple d’une personne seule avec un salaire mensuel de 1.200 euros, un loyer de 610 euros en province et trois mineurs à charge, une simulation sur le site Mes-aides.gouv.fr permet de visualiser les différentes aides mensuelles dont elle peut « a priori » bénéficier, selon de nombreux critères d'attribution auxquels il est difficile de répondre

Une simulation des aides proposées à un parent seul avec 3 enfants à charge.
Une simulation des aides proposées à un parent seul avec 3 enfants à charge. - capture d'écran

Des chiffres « non cohérents » mais fidèles à un ressenti justifié

« Le texte évoque parfois des dépenses pour quatre personnes, d’autres fois pour une seule… Il est plein d’imprécisions donc je ne pense pas qu’il soit pertinent d’entrer dans le décryptage de chaque dépense. D’autant que l'ensemble est incomplet, puisqu’en plus d’oublier les entrées d’allocations, il n’inclut pas d’autres sorties d’argent, comme l’achat d’habits pour les enfants ou leurs frais de transport, parce qu’il se concentre sur les dépenses incompressibles.» indique Sandra Hoibian.

« Ici, on a quelqu’un qui se sent étouffé par ces dépenses incompressibles et veut montrer qu’il ne s’en sort pas. Les chiffres ne sont pas cohérents. En revanche ils correspondent au ressenti des personnes aux bas revenus sur les dépenses contraintes : elles représentent près de 60% de leur budget. Ce ressenti n'est pas un fantasme » conclut la directrice du Pôle Evaluation et société du CRÉDOC. 

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fakeoff@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la  désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.